• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Renforcement de Sécurité Alimentaire : Le Japon injecte plus 1,8 milliards de FCFA dans la construction de 5 silos

    mercredi 12 avril 2017 , par Assane Koné

    Dans le cadre du renforcement de la sécurité alimentaire par une meilleure conservation des stocks, un projet de construction de 5 silos de stockage de graines de Maïs, a été initié pour appuyer les efforts du gouvernement du Mali. Financé par le fonds de contrepartie alimentaire du Japon à hauteur d’environ 1 822 501 135 FCFA, ce projet vise la construction de silos pour la conservation du maïs dans 5 localités à savoir : Bougouni, Kadiolo, Sikasso, Koutiala et Dioila.

    Placée sous la présidence de Oumar Ibrahim Touré, Ministre commissaire à la sécurité alimentaire, la cérémonie de lancement s’est déroulée, le mardi 11 avril 2017 dans l’après-midi, à l’Office des Produits Agricoles du Mali (OPAM). On n’y notait la présence de Shigeru Kondo, représentant de l’Ambassadeur du Japon au Mali et plusieurs personnalités de marque.

    Au regard du manque d’infrastructures adéquates pour l’entreposage du maïs et la demande pressante de son inclusion dans le stock national de sécurité alimentaire, les autorités maliennes ont été amené à solliciter ses partenaires en vue de renforcer ses moyens d’actions.

    Ainsi, pour soutenir les efforts du gouvernement du Mali afin de lui permettre de renforcer sa sécurité alimentaire, un projet de construction de 5 silos de stockage de graines de maïs est apparu nécessaire. Cet important projet a coûté au Japon la somme de 1 822 501 135 FCFA.

    « Le projet porte sur la construction de 5 silos d’une capacité de 500 tonnes chacun dans les zones de grandes productions comme Bougouni, Kadiolo, Sikasso, Koutiala et Dioila. Environ 2 millions de personnes seront les bénéficiaires directs de ces installations », a indiqué Oumar Ibrahim Touré, Ministre commissaire à la sécurité alimentaire.

    A l’en croire, ce nouveau chantier consiste à poser les jalons d’un accroissement substantiel des capacités de stockage de l’OPAM. « Ce projet jette ainsi les bases d’un accroissement substantiel des capacités de stockage de l’Opam en lui permettant désormais d’inclure le maïs dans le stock national de sécurité alimentaire dans un premier temps et dans un second temps favoriser sa transformation », a-t-il précisé.

    Apres cette première phase consacrée à la construction des silos, poursuit-il, la deuxième étape couronnera le chantier et améliorera l’exploitation des nouveaux magasins. « Il s’agit de la construction du mûr de clôture, de l’aménagement de la cour, la construction du bloc administratif et l’installation d’unités de transformation du maïs pour des organisations des femmes et des jeunes », a-t-il expliqué.

    Mieux, Oumar Ibrahim Touré a ajouté que le Mali a bénéficié au compte de l’aide Japonaise en 2016 d’environ 1 milliard 600 millions de FCFA convertis en riz. Tout cela en guise de soutien au renforcement de la sécurité alimentaire pendant les périodes de soudure.

    De son coté, Shigeru Kondo, conseiller à l’Ambassade du Japon, a laissé entendre que ce projet permettra de renforcer les capacités de l’Etat dans le cadre de la production, de la commercialisation et de la conservation du maïs.

    Ensuite, il ajouté que la réalisation de ce programme aurait un double impact. A l’en croire, le renforcement de la sécurité alimentaire et la constitution d’un fonds de contrepartie permettant de financer des projets de développement économique et social.

    Partant, Shigeru Kondo est revenu sur les quelques projets financés sur le fonds de contrepartie de l’Assistance Alimentaire depuis des années. Ce sont : les projets d’appui à la contre saison maraîchère dans les zones vulnérables, le renforcement de l’approvisionnement en céréales des régions défavorisées et des capacités de l’Opam, les constructions à la mise en œuvre du programme national de sécurité alimentaire.

    Il importe de noter que le Japon soutient le Mali, depuis les 1970, dans le domaine alimentaire.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce