Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Rencontre intercommunautaire : Des notes d’espoir en provenance de Kidal

samedi 16 février 2019

La rencontre intercommunautaire de Kidal qui s’est déroulée les 7, 8 et 9 février 2019, se sont achevées sur des notes d’espoir. La cérémonie de la clôture s’est déroulée le samedi 9 février 2019. Elle a été organisée par l’équipe régionale d’appui à la réconciliation, en collaboration avec le ministère de la cohésion sociale, de la paix et de la réconciliation nationale.

Un espace de dialogue intercommunautaire, toutes les sensibilités des différentes communautés de la région de Kidal ont échangé sur le renforcement de la réconciliation nationale à travers des stratégies durables de prévention et de gestion des conflits dégagées.

Ainsi, plus de 400 participants représentants des leaders communautaires, les légitimités traditionnelles et religieuses, les chefs de fractions, représentants des groupes armés (CMA/PLATEFORME), les autorités administratives locales, les ONG, les représentants des jeunes et des femmes, se sont informés et associés pleinement au processus de stabilisation, de pacification et de la cohésion sociale.

Les participants ont discuté d’une meilleure approche pour sceller la confiance entre le pouvoir public et les populations, dans le cadre du renforcement de leurs capacités dans la construction de la paix et de la cohésion sociale. Aussi, ils ont relancé le processus de développement économique en vue de la stabilisation et de la paix, enfin, de faire des recommandations d’amélioration de la cohésion sociale permettant le développement de la région.

Il faut rappeler que, malgré la signature de l’Accord de Paix inter Malien issu du Processus d’Alger du 15 Mai et 20 Juin 2015, la région de Kidal a vécu de 2016 à 2017, une situation d’instabilité généralisée. Elle a été marquée par l’absence de l’Etat, des conflits entre les groupes armés avec des tendances communautaires ayant contribués à l’ébranlement du tissu social entre les communautés de la région de Kidal, sans compter les problèmes et les règlements de compte entre les partisans de la CMA, de la PLATEFORME et d’autres clans qui persistent encore dans toute la région. Toutes choses qui nécessitent que le tissu social et la réconciliation soient renforcés entre les communautés de la région, le dialogue social et le dialogue inter communautaire, étant un héritage historique et une technique de référence en matière de prévention et de règlement des conflits dans notre pays.

Bintou Coulibaly

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de