Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Rencontre autour de l’école malienne : les raisons du refus des syndicats de l’Education nationale

mercredi 15 mai 2019

Dans le souci de sauver l’année scolaire en cours, le Conseil des Ministres du mercredi 8 mai 2019, avait décidé de tenir, le samedi 11 mai 2019 à partir de 10 heures au CICB une importante rencontre regroupant les syndicats d’enseignants, les parents d’élèves, l’AMSUNEN, l’AEEM, les chefs coutumiers et religieux et les partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale. Mais à la veille de cette rencontre, les syndicats de l’éducation nationale n’ont pas caché leur volonté de ne pas prendre part à cette rencontre. Pourquoi ?

Pour finir, la rencontre annoncée par le Conseil des Ministres comme le sésame qui allait sauver l’année scolaire en cours, ne s’est plus tenue au CICB. Elle s’est tenue à la Primature, mais sans les syndicats des enseignants.

Contestant le format proposé par le Conseil des Ministres, les syndicats de l’éducation ont estimé qu’ils n’avaient rien à foutre dans une telle rencontre. Selon Amadou Coulibaly du SYNEB (Syndicat national de l’Education de Base), le cadre n’est pas approprié pour discuter de leur préavis de grève. Conformément à la réglementation en la matière, les syndicats des enseignants pensent que le seul cadre approprié pour discuter de leurs revendications, est une commission de conciliation.

Ils regrettent surtout le fait que l’Etat veuille sortir les discussions du cadre de la commission de conciliation pour un espace inapproprié, comme s’il voulait noyer le poisson dans l’eau. Mais, aujourd’hui, les Syndicats des enseignants sont très mal à l’aise de se retrouver dans un cadre de discussion avec leurs élèves, notamment l’AEEM qui a été nommément convoqué par le gouvernement à ces assises mort-nées.

Pour les syndicats de l’enseignement, si l’Etat a la volonté de sauver l’année scolaire comme le Gouvernement le prétend, il faut simplement revenir dans le cadre de la commission de réconciliation pour discuter sereinement de leurs revendications.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de