Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Reconnu d’assassinat : Dominique Diarra écope d’une peine de mort

samedi 15 décembre 2018

Inculpé d’assassinat et vol qualifié, Dominique Diarra, né le 22 novembre 1990 à Kati, a été jugé et condamné par la cour d’accusation le 11 décembre 2018, pour des faits prévus et punis par les articles 199, 200, 252, et 253 du code pénal.

Selon l’arrêt de renvoi présenté à la cour, courant 2017, Dominique Diarra et le défunt Fousseny Sidibé, s’étaient connus il y avait 3 ans. Mercredi 2 mars 2016 vers 9 heures, Dominique Diarra l’invitait téléphoniquement à le rejoindre chez lui, pour lui proposer de l’or à vendre. Il se rendait à son domicile, après moult discutions sur le prix et sous l’effet de la colère, il lui donnait un violent coup sur sa tête qui lui serait fatale. Quelques minutes après son acte odieux, il ressortait de la chambre qu’il fermait en donnant des consignes fermes à sa cousine de ne pas toucher sa porte. Il s’est servi d’une bouillard remplie d’eau et une natte pour nettoyer les traces de sang.

« Pris de panique, il pris la moto du défunt pour s’enfuir, sa cousine ne comprenant pas les comportements inhabituels de Dominique informa Boubacar Sangaré et ensemble, ils procédaient à la fouille de la chambre où ils trouvaient le corps sans vie de Fousseny Sidibé, allongé sur une natte. Ils informèrent la gendarmerie qui l’arrêta quelques jours plus tard dans un bar à Kalana », a indiqué l’arrêt.

Dominique Diarra a comparu à la cour. Il a reconnu les faits qui lui sont reprochés à l’enquête préliminaire et devant la cour. Considérant ces faits prévus et punis par les articles cités ci-dessus et tout ce que l’accusé a mis en œuvre, le ministère public a demandé à la cour de le condamner à la peine de mort. Selon lui l’inculpé n’avait d’autres intentions que de déposséder la victime de sa fortune. Pour cela, il dira que Dominique est le seule auteur de cet assassinat.

De son côté, la défense a demandé à la cour d’accorder à son client des circonstances atténuantes. Pour la défense, la peine de mort ne résoudra rien, vue son jeune âge. Après avoir écouté attentivement les deux parties, la cour a déclaré Dominique Diarra condamné à une peine de mort.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.