Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Quel remède pour le mal malien ?

jeudi 27 août 2020

Le mal malien si profond, si ancré dans le sang des dirigeants qui ne veulent pas de bonheur pour le peuple, semble incurable.

Ce mal, de nature viscérale a attaqué les cerveaux en instaurant l’inconscience, l’indignité, l’injustice, la forfaiture en vue de satisfaire leurs appétits gloutons politiques, économiques et culturels suçant ainsi le sang du peuple laborieux.

Ce mal, devenu le crédo de l’enrichissement illicite de l’immortalité a pour sève nourricière la corruption, l’injustice, l’inconscience, l’insouciance, qui toutes sont axées sur la fausseté de la justice appelée la légalité démocratique sans légitimité.

Cette légalité démocratique sans légitimité est la source du truquage, du tripatouillage, de la manipulation des résultats des scrutins électoraux ou référendaires donnant ainsi la victoire à la mouvance présidentielle tout en écartant les opposants les plus méritants et sérieux.

Pour justifier sa victoire, s’appuyant sur un État policier, cette mouvance utilise des arguments peu crédibles, fallacieux : la légalité démocratique, le droit à la sécurité pour tous, les mauvais perdants etc.

Aidée et appuyée par la cour constitutionnelle, cette mouvance présidentielle, ne parle jamais de légitimité populaire et piétine la démocratie révolutionnaire et la bonne gouvernance.

Il faut reconnaître avec honnêteté intellectuelle et morale que tous les problèmes que traverse actuellement le peuple malien sont créés ou envenimés par le pouvoir actuel fondé sur l’immaturité politique et la myopie intellectuelle sans aussi oublier qu’ils sont citoyens de sang et étrangers d’esprit. C’est pourquoi ils ne sont ni nationalistes, ni démocrates, ni patriotes mais des réactionnaires assoiffés de pouvoir tout en prenant le matériel pour dieu, le luxe son prophète.
Sans quoi comment expliquer la présence des candidats de l’opposition et du parti au pouvoir sur une liste commune ?

Pourquoi certains députés visés par les sanctions refusent de démissionner ? Seuls les intérêts personnels et sordides peuvent les expliquer tout en parlant et agissant au nom du peuple avec une certaine fanfaronnade.

Avec cette fanfaronnade, éclatent entre les dirigeants les indignes querelles tout en dénouant les alliances et de nouvelles de contre nature en faisant du peuple un gâteau à partager oubliant ainsi le peuple laborieux et l’intérêt général réduit à la peau de chagrin.

Cependant cela n’étonne personne, car depuis l’avènement de la démocratie multipartiste, le pouvoir à habituer le peuple malien au mensonge, à la duperie, à l’intoxication et à la confusion qui se sont renforcés avec le règne du président actuel :
L’accord de protection et de défense signé avec la France ;
L’accord de paix issu du processus d’Alger ;
Le dialogue inclusif national ;
La conférence d’entente nationale ;
Le D D R (désarmement, démobilisation, réinsertion) ;
L’article trente neuf pour les enseignants (39) ;
L’achat d’un avion présidentiel sous Mara ;
Le scandale des équipements militaires qui a fait partir le ministre de la défense de l’époque : Soumeilou Boubeye Maiga ;
Le scandale des avions cloués au sol depuis leur réception ;
L’affaire des véhicules blindés en carton.
Sans surtout oublier les différents rapports économiques et financiers du vérificateur général resté sans suite.

Aujourd’hui, l’intégrité territoriale, l’unité et la cohésion sociale sont menacées par le conflit armé opposant le Mali à la France par groupes armés interposés et entretenus par le pouvoir actuel, malgré ses propos attentatoires.

Le Mali d’abord
_Le Mali ne négociera pas avec les hommes en armes
Toutes les négociations se feront au Mali.

Aujourd’hui, les patriotes maliens n’accordent aucun crédit aux propos du pouvoir actuel car il a mis le pays sous tutelle tout en confisquant la liberté, la dignité, l’indépendance et la souveraineté du peuple malien.
Quel remède pour le mal malien ?

Pour répondre à cette question, à notre humble avis il faut :

L’éveil des Consciences nationalistes ;
La culture de la conscience nationaliste et patriotique ;
La culture de la démocratie révolutionnaire ;
L’instauration d’un régime révolutionnaire et démocrate ;
Assumer la rupture avec les anciennes pratiques ;
Unifier toutes forces patriotiques révolutionnaires ;
Éviter la dépendance vis-à-vis de l’extérieur ;
Lutter contre toutes les forces rétrogrades ;
Dénoncer auparavant tous les accords et traités faisant du Mali un pays vassal. Car ni la liberté, ni la loi ne libèrent ni n’oppriment seule la conscience morale et patriotique sert de guide.

Sissoko Moussa Fassara
Tél:62-48-98-87 ou 71-39-89-22

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav