Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel : Pour 6 ans le Mali démarre avec 25 millions de Dollars US

dimanche 25 novembre 2018

Lassinè Dembélé, secrétaire général du ministère de l’agriculture, a présidé le vendredi 23 novembre 2018, l’ouverture des travaux de la 1ère session du comité de pilotage du projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (PARIIS Mali). Le financement du projet est assuré par la banque mondiale à hauteur de 25 millions de dollars US pour le Mali sur une période de 6 ans. C’était dans la salle de conférence de la direction des finances et du matériel dudit département.

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour, à savoir : l’examen et l’adoption du plan de travail et le budget annuel (PTBA) du projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au sahel.

Le secrétaire général a estimé que l’agriculture occupe une place de choix dans l’économie de notre pays avec une contribution de près de 45% au PIB entre 2011 et 2014 (INSTAT 2015). Il a indiqué qu’elle est le moteur du développement économique et social du Mali et que c’est à ce titre que le Président de la République l’affecte annuellement 15% du budget national.

En effet, selon lui la situation globale de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans l’espace sahélien nous commande de faire le constat de la nécessité d’accélérer le rythme d’avancement du processus de matérialisation de la déclaration de Dakar. Le secrétaire général a constaté que présentement, l’agriculture fait face à un défi important qui est de satisfaire les besoins alimentaires et nutritionnels d’une population croissante dans un contexte de changements climatiques. « Pour relever ce défi, l’agriculture irriguée demeure une des alternatives envisageables et viables », a-t-il indiqué.

Aux dires du secrétaire général, c’est conscient de cette réalité que les autorités de 6 pays du Sahel (Burkina, Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad) ont fait une déclaration commune à Dakar en octobre 2013 dont la 1ère opérationnalisation est le PARIIS, dans laquelle ils se sont engagés en faveur de l’initiative pour l’irrigation au Sahel (2IS). Il a souligné que l’objectif est d’avoir un million d’hectares de terre irriguée à l’horizon 2020.

Concernant le Mali, d’après lui le projet vise l’aménagement de la revitalisation de 3000 ha dans deux zones d’intervention prioritaires situées dans 2 régions que sont : la région de Koulikoro (cercles de Koulikoro et Dioila), de Ségou (cercles de Barouéli et de Ségou) avec la zone de l’Office du Niger et l’office riz Ségou.

« le PARIIS au Mali a été préparé et sera mis en œuvre par le ministère de l’agriculture à travers l’agence d’aménagement des terres et fournitures de l’eau d’irrigation (ATI) qui a mis en place une unité de gestion chargée de la gestion du projet », a-t-il déclaré avant de conclure.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques