Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Production céréalière : Les pays du CILSS attendent 68,3 millions de tonnes

samedi 2 décembre 2017

« Les productions céréalières attendues sont estimées à 68,3 millions de tonnes, soit une légère hausse de 4% par rapport à la campagne agropastorale 2016 et de 13% comparée à la moyenne des cinq dernières années ». L’information a été donnée le mercredi 29 novembre 2017, l’Azalaï hôtel Salam, lors de la clôture des travaux de la 3ème réunion annuelle du CILSS et le centre Agrhymet. La cérémonie de clôture a eu lieu sous la présidence du représentant du ministère de l’Agriculture, Dr Abdoulaye Hamadoun Maîga, non moins secrétaire général. Étaient présents à cette cérémonie de clôture, le directeur régional du CRA, le représentant le secrétaire exécutif du CILSS, M. Samba Ly Souleymane, Mahalmoudou Hamadoun, coordinateur du centre régional Agrhymet, ainsi que plusieurs responsables, de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Cet atelier de trois jours, a regroupé près de cent vingt participants. Ces différents acteurs ont examiné minutieusement et validé des données de production et les bilans céréaliers et alimentaires ex-post récoltes 2016/2017 et prévisionnels 2017/2018 et analysé la situation alimentaire et nutritionnelle à travers l’analyse cadre harmonisé.

Dans son allocution de clôture, le représentant du ministre de l’Agriculture, Dr Abdoulaye Hamadoun a souligné que les présentations qui ont été faites durant cette rencontre, constituent des données pertinentes et fiables pour renforcer davantage les capacités d’information des pays du CILSS, de l’Afrique de l’ouest et des partenaires au développement.

En outre, cette année, une particularité de cette réunion réside sur la situation alimentaire critique au Cap Vert et une crise pastorale en perspective suite au déficit de production fourragère enregistrée sur la façade atlantique, notamment en Mauritanie, la zone du Ferlo au Sénégal, le centre de la zone pastorale du Niger et le nord-est de celle du Tchad.

Les conclusions auxquelles les participants sont parvenus après de profondes analyses techniques, selon Dr Abdoulaye Hamadoun, montrent que les récoltes sont globalement satisfaisantes pour l’ensemble des pays du CILSS et de la CEDEAO. En effet, les productions céréalières attendues sont estimées à 68,3 millions de tonnes, soit une légère hausse de 4% par rapport à la campagne agropastorale 2016 et de 13% comparée à la moyenne des cinq dernières années.

L’analyse des résultats d’analyse du cadre harmonisé dans les 17 pays du sahel et en Afrique de l’ouest indiquent une situation alimentaire et nutritionnelle globalement acceptable.

Cependant, elle est préoccupante particulièrement dans la région du Lac Tchad au Tchad et dans les Etats de Borno, Adamawa et Yodé au Nigéria en raison de l’insécurité civile qui y sévit.

Ainsi, entre octobre et décembre 2017, plus de 5,2 millions de personnes auront besoin d’une assistance alimentaire et humanitaire immédiate. Le nombre de personnes en situation de crise alimentaire pourrait atteindre 9,6 millions de personnes au cours de la prochaine soudure 2018 à l’absence de mise en œuvre des réponses appropriées.

Le représentant du ministre de l’Agriculture invite les gouvernements des différents pays et leurs partenaires, à mettre en œuvre les recommandations pertinentes formulées par la présente rencontre pour atténuer les effets de l’insécurité alimentaire.

La prévalence de la malnutrition aigüe dépasse le seuil d’urgence de 15%.

De son coté, Mahalmoudou Hamadoun, coordinateur du centre régional Agrhymet, dira qu’en dépit des efforts déployés par les Etats et leurs partenaires, la situation nutritionnelle demeurent préoccupante dans certaines régions de la Mauritanie, du Tchad et du nord-est Nigeria ou la prévalence de la malnutrition aigüe (MAG) dépasse le seuil d’urgence de 15%. En plus de ces zones, selon le coordinateur, les prévalences de la MAG dépassant le seuil d’alerte de 10% est enregistré au Burkina Faso. Ainsi, il ajoutera également que depuis janvier à septembre 2017, plus de 1,2 millions d’enfants malnutris aigus sévères ont été dépistés.

Avant de terminer son allocution, Dr Abdoulaye Hamadoun a adressé ses sincères félicitations aux experts du CILSS, de la FAO, de FEWSNET, et aux cadres des services nationaux des pays du CILSS, de la CEDEAO et l’UMOA pour le travail remarquable réalisé dans la collecte et le traitement des données sur les bilans céréaliers et alimentaires et particulièrement dans les analyses du cadre harmonisés dans les 17 pays.

Lamine Kané

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en