Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Plaine de San Ouest : 12% de la production de riz affectée par un virus

lundi 12 novembre 2018

Les producteurs de riz de la plaine de San ouest sont inquiets. 12% des 2335 ha de la surface sont l’objet d’attaque d’un virus bactérien aux conséquences incalculables.

La plaine de San ouest est aménagée pour 4500 hectares. Cette année, l’exploitation a concerné 2335 ha. Dans cette plaine, ce ne sont ni les oiseaux granivores ni les insectes qui s’attaquent aux plants de riz. Les destructeurs ont pour noms : veros, un virus bactérien qui s’attaque aux feuilles du riz. Ce qui occasionne des pertes de rendement, dans les champs contaminés. Selon les explications du directeur général adjoint du PDI-BS, Mamadou Traoré, cette année, l’étendue du riz attaqué par le virus est de 12% des surfaces exploitées dans la plaine de San Ouest.

Jusqu’ici, les scientifiques n’ont pas trouvés de remèdes au flétrissement bactérien des feuilles, la lutte passe par la sensibilisation des exploitants avec l’adoption de certaines pratiques. Il s’agit de brûler les débris végétaux contaminés… Or, selon les dires des représentants des exploitants, ce sont les éleveurs qui s’opposent à la brulure des débris contaminés sous prétexte que leurs animaux se nourrissent sur le site pendant la saison sèche. Le hic, la maladie du riz peut se propager si les animaux mangent les feuilles des plants contaminés. « Seule la brulure de toute la surface exploitée peut éloigner le mal du riz », a souligné le DGA Traoré. Intervenant à ce sujet, Dr Nango a prôné la sensibilisation des éleveurs pour éviter tout malentendu.

La maladie selon les spécialistes se manifeste par l’apparition de panachures jaunes sur la surface foliaire, suivie d’une décoloration totale puis d’une nécrose des feuilles. Les plantes subissent une diminution de croissance et deviennent souvent stériles, ce qui conduit à de fortes pertes de rendements. La maladie provoque souvent la destruction totale du champ. Elle affecte la riziculture pluviale et de bas-fonds.

Mamadou Sidibé
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques