Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Paix à Mopti : un grand forum parrainé par ATT arrive

mardi 25 juin 2019

À l’appel de Me KassimTapo, ancien ministre des droits de l’homme, les leaders religieux, le président de la coordination des associations des ressortissants de Mopti, ont répondu présent le lundi 24 juin 2019 à la Maison de Presse. C’était lors d’une conférence de presse.

L’objectif était d’informer l’opinion nationale et internationale sur l’organisation du grand forum qui se tiendra à Mopti dont Amadou Toumani Touré (ATT), ancien Président du Mali, est le parrain. Lors duquel, il sera question de parler de la situation sécuritaire au centre du pays, de savoir ce qui est en train de nous arriver, de définir ensemble ce que nous allons faire. Afin d’identifier toutes les solutions.

Outre étaient présents à la conférence de presse, le Révérend Yattara, Mamadou Dolo, secrétaire général de la Coordination des Associations des Ressortissants de Mopti (CAREM), les représentants de Tabital Pulaku et de Djina Dogon.

« A la demande des jeunes de Mopti d’organiser un forum de paix, de sécurité et de développement, en ce moment, j’ai appelé notre grand frère ATT, ancien Président, pour lui exposer le problème en vue de nous accompagner en terme d’idées. Aussi, je me suis rapproché du Cardinal Jean Zerbo, de Ousmane Cherif Madani Haidara, président du Haut Conseil Islamique du Mali, Me Baby, la communauté Dogon et Peulh de Mopti, etc. l’initiative a été partagée par l’assistance de réunir tous les Maliens autour d’un dialogue fraternel avec le respect de soi et d’autrui, à Mopti pour la paix au Mali », a expliqué Me Kassoum Tapo.

Soucieux de la région de Mopti qui est en passe de devenir un site de misère où sévit la famine, la terreur, les meurtres, KassimTapo dira : « nous ne sommes pas ici au hasard, Mopti, la ville du Mali est devenue pratiquement un îlot de misères depuis l’année 2018 jusqu’à maintenant. Nous avons tous assisté aux massacres de ces derniers temps, pour quelle raison je ne saurai le dire ». Pour cela, il a lancé un appel à tous les ressortissants de Mopti de s’unir afin de trouver des solutions à ce problème, à la communauté nationale et internationale pour prévenir les catastrophes, sinon ça sera le médecin après la mort. « La solution ne peut venir que de nous. Elle ne viendra pas de l’armée ni de la communauté internationale », a-t-il regretté. Avant d’affirmer qu’il n’a l’intention d’être leader de quoi que ce soit.

De son côté Ousmane Cherif Madani Haidara a d’abord salué Me Tapo pour cette initiative. Avant de dire que, « personne n’est content pour ce qui est en train de se passer aujourd’hui. Ce conflit, n’est pas entre les Peulh et les Dogon. Seulement, les ennemis profitent de ça pour nous détruire. Ce n’est pas un conflit inter-ethnique, ni un conflit inter-religieux ». Il a réaffirmé son accompagnement sans faille pour la réussite de ce forum. « Si on se donne la main, pour s’accepter, on peut vaincre l’ennemi mêmes sans l’aide de la MINUSMA », a-t-il conclu.

« Nous sommes témoins de cette tragédie et drame qui se passe dans notre pays. Nous devons jouer notre rôle de sentinelle », a déclaré le Cardinal, Jean Zerbo, Avant de réaffirmer son soutien à l’initiateur du grand forum à Mopti.

Quant au Révérend, il a interpellé le peuple Malien à se souvenir des grandes personnalités qui se sont battues pour le vivre ensemble et la paix. « Nous religieux, on va poursuivre nos prières pour que règne la paix dans notre pays », a-t-il rassuré.

« Nous devons tous nous donner la main. De faire converger nos idées, d’unir nos efforts pour combattre nos ennemis », a déclaré Mamadou Dolo, secrétaire général de la CAREM. Selon lui, l’Etat doit savoir, comment faire pour mieux protéger les citoyens. Il a invité les Maliens de la 5ème région à se joindre à l’initiative pour barrer la route à ce qui est en train de nous arriver. « Si Mopti tombe, tel que recherché par les ennemis, les autres tomberont aussi », a-t-il martelé.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.