Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ouéléssébougou : L’ONG MZC dote Kafra d’un Centre santé communautaire

mardi 30 octobre 2018

« Aujourd’hui, est un jour de fête à Kafra. Imaginez-vous, avant ce Centre de Santé communautaire, nous étions obligés d’aller faire soigner nos malades soit à Ouéléssébougou, situé à 22 km de notre village, soit à Digan, situé à 3 km. Et, surtout avant ce CSCOM, nous avions par an 10 à 15 décès d’enfants du fait du paludisme chaque hivernage, mais cette année, nous avons enregistré qu’un seul décès ». C’est par ces propos que Ba Samaké, Président du Comité de gestion du nouveau CSCOM de Kafra, a exprimé sa joie le 30 octobre 2018, lors de la cérémonie d’inauguration officielle du CSCOM de Kafra, accompagnée de consultations gratuites et de dons de médicaments au Malades.

Situé à environ 75 km de Bamako et à 22 km de Ouéléssébougou, son Chef lieu de cercle, le village de Kafra a connu une animation particulière le 30 octobre 2018. Pour cause : L’ONG MZC (Mujeres en zona de conflicto) y inaugurait officiellement le centre de santé communautaire qu’elle vient d’offrir à la population. Pour la circonstance, la communauté de Kafra, avec son Chef de village s’est mobilisée pour réserver un accueil chaleureux aux différentes délégations venues de Bamako et de Ouéléssébougou.

Présidée par Modibo Diarra, Sous-préfet de Ouéléssébougou, la cérémonie a enregistré, du côté de Ouéléssébougou, la participation de Yaya Samaké, Maire de Ouéléssébougou et de plusieurs Conseillers municipaux, de Seydou Coulibaly, l’un des deux députés du cercle et de Dr Diarra, Médecin-Chef du Centre de Santé de référence de Ouéléssébougou. Du côté de Bamako, en plus de Mohamed Ag Akeratane, Coordinateur pays de MZC et de son personnel, l’on a salué la présence de Juan Ovejero Dohn, Coordinateur général du bureau technique de la coopération à l’Ambassade d’Espagne au Mali.

« Je ne peux pas parler aujourd’hui. Si je dois le faire, je vais pleurer de joie. Donc, souffrez que je me contente de dire merci à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, à la réalisation de ce centre de santé communautaire de Kafra », a indiqué Broulaye Djan Samaké, chef de village octogénaire de Kafra.

Pour sa part, après avoir salué des partenaires l’ONG-MEDES-SAPCOM, l’ONG SOBA, qui ont très vite confiance à la population de Kafra et se sont engagées à ses côtés, Ba Samaké, Président du Comité de gestion du CSCOM de Kafra, a rendu un hommage vibrant à l’ONG MZC et son coordinateur, pour son engagement auprès de la population de Kafra pour son développement à la base. « Aujourd’hui, est un jour de fête à Kafra. Imaginez-vous, avant ce Centre de Santé communautaire, nous étions obligés d’aller faire soigner nos malades soit à Ouéléssébougou, situé à 22 km de notre village, soit à Digan, situé à 3 km. Et, surtout avant ce CSCOM, nous avions par an 10 à 15 décès d’enfants du fait du paludisme chaque hivernage, mais cette année, nous avons enregistré qu’un seul décès », a-t-il déclaré. Avant de saluer de façon exceptionnelle la Coopération Espagnole qui soutien MZC dans toutes ses interventions au Mali.

Du côté des femmes, Ami Traoré, la Présidente de l’Association des femmes de Kafara, au nom de toutes les femmes de la localité, a tenu à saluer officiellement l’ONG MZC, pour son soutien multiforme à la population de Kafra. « Grâce à MZC, nous avons un périmètre maraicher de 1,5 ha,a vec un château équipé d’une pompe solaire », a-t-elle indiqué. Avant d’ajouter que l’intervention de l’ONG espagnole a permis aujourd’hui aux femmes de Kafara d’avoir un parc à betail de 50 vaches et deux géniteurs, pour la souvérainté alimentaire. Mieux, elle dira que toutes ces activités ont été soutenues par des actions d’alphabétisation et de formation en gestion des structures coopératives. « Mais, aujourd’hui, nous sommes heureuses par la célébration de notre Centre Santé communautaire que MZC vient de nous construire », a-t-elle déclaré. En effet, selon elle la maternité rurale qui existait à Kafra a été d’abord transformée en en dispensaire, puis en maintenant en CSCOM reconnu et soutenu par la tutelle dans la pyramide sanitaire du Mali. « Avec ce CSCOM, nous n’avons plus de difficultés avec nos femmes enceintes, le suivi régulier de la vaccination de nos enfants et de leurs soins. Avec le jardin, nous arrivons à améliorer notre alimentation et les formations nous permettent de maitriser la gestion de tous les investissements », c’est elle réjouit. Pour terminer, elle a salué l’Agence Andalouse de Coopération Internationale pour le développement (AACID), qui soutient l’ONG MZC pour ses interventions au Mali, mais plus précisément à Kafara.

En sa qualité de Coordinateur pays de MZC au Mali, Mohamed Ag Akeratane, après avoir que l’ONG espagnole Mujeres en Zona de Conflicto (MZC) intervient dans le village de Kafra, Cercle de Kati, commune rurale de Ouéléssébougou, depuis 2009. Selon lui, selon sa vision et ses orientations stratégiques, toutes les interventions de MZC ont pour finalité la promotion des trois pouvoirs de la femme : pouvoir politique, pouvoir économique et pouvoir intellectuel, par l’augmentation du savoir et du savoir faire. Il est revenu sur les activités qui ont été mises en œuvre à Kafra pour la population, mais plus particulièrement pour les femmes. Mais, en ce qui concerne le CSCOM, il dira que c’est le résultat d’un projet intitulé : « Renforcement de l’accès universel à la santé de base, équitable et de qualité dans la commune rurale de Ouéléssébougou ». Selon lui, ce projet a été financé par l’Agence Andalouse de Coopération Internationale pour le développement (AACID), à hauteur de 95 millions de FCFA pour deux ans.

Mohamed Ag Akeratane a levé le voile sur les grandes activités réalisée dans le cadre de ce projet. Ce sont : la construction d’un mur de clôture du CSCOM de 2 m de hauteur et d’un mur de séparation du CSCOM avec le logement du personnel ; la construction d’un bâtiment composé d’un dépôt de vente des médicaments, d’une aire de vaccination et du bureau du vaccinateur ; confection et installation d’un incinérateur Dragon-1 ; la formation du personnel de santé sur son utilisation ; la réalisation d’un forage équipé de château d’eau au CESCOM de Kafara ; réalisation d’un forage équipé d’une pompe à motricité humaine à la maternité de Fani-Kodialan ; depuis mars 2018, en moyenne, une séance de sensibilisation est tenue dans chacune des 3 structures de santé (CESCOM de Kafara, maternités de Fani Kodialan et de Sougoula) toutes les semaines, animation de séance d’alphabétisation et de post-alphabétisation pendant deux mois dans quatre villages, pour 75 personnes dont 63 femmes et 12 hommes.

Mieux, Mohamed Ag Akeratane a annoncé l’équipement du CSCOM de Kafara et de la maternité de Fani Kodialan en matériels et équipement médicaux.

« MZC est l’une des ONG les plus dynamiques qui bénéficient des fonds de l’Agence Andalouse de Coopération Internationale pour le développement », a a indiqué Juan Ovejero Dohn, Coordinateur général du bureau technique de la coopération à l’Ambassade d’Espagne au Mali. Il fait noter que c’est grâce à ce financement que MZC intervient actuellement dans les 6 communes du District de Bamako, dans les communes de Ntilit, Bamba et de Gao dans la région de Gao ; dans les commune de Koutiala, Songo Doubakorè et de Sikasso dans la région de Sikasso.

Ce travail de MZC a été fait pour la Mairie de Ouéléssébougou

Il a profité de l’occasion pour rappeler la relation historique qui existe entre le Mali et l’Espagne à travers Tombouctou.

« Ce travail de MZC a été fait pour la Mairie de Ouéléssébougou. Parce que le CSCOM qu’elle vient d’offrir à la population de Kafra, donc de Ouéléssébougou, fait partie d’une compétence transférée. Et, c’est pour cela que nous saluons cette action de MZC qui est un soutien réel à la population de notre commune », a indiqué Yaya Samaké, maire de Ouéléssébougou.

Il a ensuite invité le comité de gestion du CSCOM à être à la hauteur des espoirs placés en lui pour la gestion cette infrastructure, qui servira en plus de Kafra, quatre autres villages : Fani Kodialan, Dogorona, Sougoula et Chikoro Djitoumou.

« J’interviens aujourd’hui ici pour témoigner de l’engagement de MZC dans le village de Kafra et dans les villages environnants », a indiqué Seydou Coulibaly, Député élu dans le cercle de Ouéléssébougou. Avant de saluer de façon exceptionnelle Mohamed Ag Akeratane pour son engagement depuis plus de 20 ans pour le développement à la base de Kafra et des villages environnant. « Ici, de façon officielle, je salue les interventions de MZC qui vont dans le sens de la prise en charge des besoins de nos populations dans la lutte contre la pauvreté et pour le développement », a-t-il déclaré.

Pour sa part, Dr Aboubacar Ntji Diarra, médecin Chef du Centre santé de référence de Ouéléssébougou, a salué l’ONG MZC pour la réalisation du CSCOM qui va contribuer à l’amélioration de la santé de la population. Mais, il a surtout félicité l’engagement de l’ONG à prendre en charge le salaire du personnel et son inscription à l’INPS jusqu’à la fin 2019. « Population de Kafra, nous vous confions ce centre. Comprenez qu’il doit servir à tout le secteur », a-t-il instruit. Avant d’inviter la population à fréquenter régulièrement le centre pour éviter les maladies, et au besoin pour se faire traiter.

Avant de couper le ruban symbolique donnant lieu à l’inauguration officielle du CSCOM, Modibo Diarra, Sous-préfet de Ouéléssébougou, a rappelé toutes les difficultés qui ont été surmontées pour la construction de ce joyau qui va rendre service à la population. Il a félicité la population de Kafra pour leur engagement pour le développement. Et, salué exceptionnellement le chef de village pour sa clairvoyance. En effet, selon le Sous-préfet, Kafra est sur la bonne voie. « Il y a seulement quelques jours, à savoir le samedi passé, que nous étions ici pour l’inauguration d’une école. Aujourd’hui, nous y sommes pour l’inauguration d’un centre de santé communautaire. Cela est un signe qui prouve votre engagement pour votre développement », a-t-il félicité la population de Kafra, en l’exhortant à continuer sur cette voie, surtout dans leur bonne collaboration avec les agents de développement.

Immédiatement inauguré, le centre de santé communautaire a été envahi par la population. Dans le cadre du mois de la solidarité, l’ONG MZC y a organisé une journée de consultations gratuites, avec distribution de médicaments. Pour cela, 2 médecins pédiatres, un médecin gynécologue et 3 médecins généralistes, ont été mis à contribution, pour des consultations. Et, des médicaments d’environ 1,2 millions de FCFA ont été gracieusement offerts aux malades.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de