Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Organiser les élections communales le 20 novembre 2016, c’est accroître le risque d’instabilité sécuritaire, politique et institutionnelle au Mali !

jeudi 3 novembre 2016

L’un des défis majeurs pour les actuelles autorités de notre pays est sans nul doute la détermination des priorités du moment, j’allais dire les priorités de la « transition » que son excellence Ibrahim Boubacar KEITA dirige actuellement.

Il est constant que le Mali est un pays en crise et que les populations maliennes partout dans le pays et à travers le monde vivent cette crise dans leur chair et dans leur âme. Des maliens ont payé et continuent à payer de leur vie les séquelles de cette crise qui n’a que trop duré. Les conditions minimum d’une vie digne sont loin d’être une réalité pour la majorité de la population. L’insécurité est devenue le quotidien du malien sur toute l’étendue du territoire national (en témoigne les attaques quotidiennes tant au nord qu’au sud où de paisibles citoyens payent de leur vie la malchance de se trouver sur une partie du territoire nationale échappant au contrôle de l’Etat).

Cependant, ces élections communales ne sont pas à l’abri des attaques et des violences : tant l’insécurité est chronique et globale. Aucune partie du territoire national du Mali n’est assez sécurisé. Les attaques mortelles répétitives sont devenues le quotidien du malien à tel enseigne qu’elles ne choquent presque plus la sensibilité de ces populations. L’administration publique et les forces de sécurité et de défense sont absentes sur une partie importante du pays (au Nord en passant par la Région de Mopti et même au Centre dans une partie de la Région de Ségou). Dans ces conditions comment les élections pourraient se tenir dans ce climat d’abandon et d’insécurité.

De surcroit, aucune mesure sécuritaire concrète n’a été communiquée jusque là ni par le Ministère de la sécurité intérieur ni par le Comité de pilotage mise en place pour l’organisation des élections communales.

Les maliens ont beaucoup plus besoin de la mise en œuvre de cet accord qu’ils ont accepté pour le Mali que l’organisation d’élections communales factices.

Toutefois, il est indéniable que ces élections communales ne pourront aucunement être organisées sur l’ensemble du territoire malien notamment dans la partie septentrionale et même dans certaine partie du centre du pays pour cause d’insécurité.

Pourquoi parler d’autorités intérimaires ? Quelle sont leurs utilités s’il devait y avoir d’élections communales ? Quel changement positif ces élections pourront apporter dans la satisfaction des aspirations du peuple malien ? Pourquoi privilégier l’organisation de ces élections et tant de retard dans la mise en œuvre de l’accord issu du processus d’Alger ? Quel intérêt y a-t’il de tenir les élections dans le contexte actuel ?

S’agissant des coûts d’organisation de ces élections, sans même me prononcer sur le montant, il est patent qu’il y aura d’autres élections communales car une grande partie des régions de Mopti, de Tombouctou, de Gao, de Kidal, de Ménaka et de Taoudéni ne pourra pas voter.

Les crises sécuritaires, politiques et institutionnelles sont loin d’être solutionnées dans ces parties du pays. Le paysage politique est un fourre-tout avec un dénominateur commun : « manque de vision politique patriotique et absence de proposition objective d’amélioration des conditions de vie des populations et de développement du pays. La corruption et mensonge public sont devenus la spécialité de nombre de personnalités incarnant le paysage politique. Ce qui rend les actions et interventions des institutions tant politiques, sociales qu’économiques déconcertantes en termes de rentabilité.

La jeunesse déboussolée et désœuvrée est exposée à tous les risques. Elle est au centre de tous les vices qui minent notre pays (extrémisme violence, banditisme, pauvreté, vagabondage politique, crimes, corruption). Elle n’est pas à l’abri des tentations de corruption et de fraude électorales qui peuvent être source de violence (qui est d’ailleurs la principale voix d’expression de la jeunesse depuis quelques temps). D’ailleurs, elle n’est pas assez outillée pour comprendre les enjeux de ces élections de proximité.

Ce n’est pas surement l’organisation de ces élections qui apporterait les solutions. C’est pourquoi, il est inopportun, à mon humble avis, de tenir ces élections communales dans ce mois de novembre. Actuellement les élections ne sont nullement indispensables à la survie de notre pays. Elles n’apporteront pas d’effets immédiats non plus à la situation actuelle du pays

Ainsi, le gouvernement devrait analyser sérieusement les enjeux sécuritaires de l’organisation de ces élections. Nous n’en finissons pas de pleurer des filles et fils du Mali qui perdent leur vie par ces actes barbares et lâches répétitifs des groupes terroristes, des bandits armés et autres groupes se proclamant partisans de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger.

En outre, le pouvoir en place devrait revoir ses priorités. Car la principale priorité à court terme est sans doute une mise en œuvre efficiente et efficace de l’accord par la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. Cela à travers le retour de l’administration sur l’ensemble du territoire national, la restauration sans délai de la sécurité sur l’ensemble du territoire national, l’opérationnalisation du cantonnement et le désarmement des groupes armés, l’accélération du processus de DDR, la satisfaction des services sociaux de base partout dans le pays etc.

Issa Karounga KEITA
Président d’honneur de la TRIJEUD-MALI

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !

Travaux de réaménagement de l’Agence de Boulkassoumbougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de l’Agence de Boulkassoumbougou. Lisez le document d’Appel d’offres ouvert !