Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Office central de lutte contre l’enrichissement illicite : Les membres font leurs déclarations de biens

mardi 9 mai 2017

Deux mois après leur nomination en Conseil des ministres extraordinaire, les membres de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite ont procédé à la déclaration de leurs biens. C’était mardi 9 mai 2017 à la Cour suprême.

Comme le stipule les textes, les membres de l’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite avant d’entrée en fonction font leur déclaration de biens à la Cour suprême. C’est à cet exercice qu’ils se sont donnés le mardi 9 mai 2017 à la Cour Suprême. Le président de la haute juridiction du pays, Nouhoun Tapily a présidé la cérémonie.

Ils ont un à un remis leur déclaration au président Tapily qui en retour les a remis un accusé de réception. Assis les uns à côté des autres, les désormais messieurs et dame anti enrichissement illicite présents à la cérémonie ont pour noms : Moumouni Guindo, (président de l’Office), Djibril Kané, Amadou Mallé, Oumar Traoré (magistrat), Bagayoko Fanta Camara dite Djouga, le commissaire divisionnaire Ali Awaissoun et Ibrahim Abdoulaye Maiga. Les 4 autres membres empêchés pour des raisons diverses ont pour noms : Yoro Diallo, capitaine Sogoba, Oumar Wagué, Modibo Tolo.

Qui sont-ils ? Ce sont des personnalités qui selon le président de la Cour suprême « ont fait leur preuve par rapport à leur fonction, leur intégrité et qui ont fait l’objet d’enquête de moralité ».

Ils auront pour mission entre autres : d’améliorer la coopération et la concertation des autorités nationales chargées de la lutte contre l’enrichissement illicite ; d’exploiter les déclarations de biens déposées par les fonctionnaires qui y sont assujettis ; de réaliser des études périodiques sur l’évolution des techniques utilisées aux fins d’enrichissement illicite ; de recevoir des dénonciations formulées par les citoyens pour des faits d’enrichissement illicite ; de dénoncer à la justice les faits d’enrichissement illicite ; de coordonner, au niveau national et international, la mise en œuvre des politiques, instruments et moyens de prévention et de répression de l’enrichissement illicite.

Conscient de l’épineuse mission qui les attend, les 8 membres présents à la cérémonie ont reçu les encouragements du président de la Cour suprême qui a fini par prodiguer des conseils.

D’entrée de jeux, M. Tapily a fait savoir que son institution n’est pas à l’opposé de l’Office qui collaborera avec toutes les structures en charge de la lutte contre la corruption. Pour Nouhoun Tapily, « l’Office est le bras sécurisé de l’Etat pour traquer l’enrichissement illicite et la corruption ».

Pour remplir une telle mission, l’Office aux dires du président Tapily doit être irréprochable dans son intégrité morale. Et d’ajouter : « Il est important de comprendre que la lutte contre l’enrichissement illicite et la corruption n’est pas une lutte folklorique, elle demande beaucoup d’initiatives de professionnalisme, de courage, d’équilibre mais surtout de respect des règles ».

Le président Tapilly a conseillé aux membres de l’Office, la transparence dans les activités mais aussi dans le comportement. La semaine prochaine, les 12 membres vont prêter serment.

L’office a un mandat de 4 ans, est soumis à l’obligation de dresser un rapport annuel. Elle bénéficie de l’autonomie financière pour relever les missions à elle confiée.

A.S.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !