Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mali-Niaiserie : La mémoire trahie

dimanche 19 mars 2017

Ce vendredi, 17 mars nous avons marché, à la mémoire de Cabral, le cœur meurtri, les pieds alourdis par la honte. 17 Mars 1980 - 17 Mars 2017, Abdoul Karim Camara dit CABRAL, est mort assassiné pour le Mali.

Depuis 37 ans, il est devenu le symbole d’une génération, de militants, qui auront tout donné à leur pays le Mali dont le combat permanent pour l’instauration de la démocratie et pour le progrès social.

Célébrer la mémoire de Abdoul Karim Camara, c’est témoigner notre reconnaissance à tous ceux qui sont morts pour la grandeur du Mali. C’est pourquoi le combat pour protéger cette mémoire est essentiel.

En 2016, nous nous sommes inquiétés de la parution d’un ouvrage qui se voulait une réécriture à moindre frais de l’histoire de notre pays. Les réponses appropriées, les réactions politiques opportunes ont été apportées au livre « Le Mali sous Moussa Traoré ». Un ouvrage consacré à l’UDPM 25 ans après la chute de la dictature la plus improductive du continent africain.

Si ce livre sonnait comme un défi lancé à la génération UNEEM (Union nationale des Elèves et Etudiants du Mali), « la Génération Cabral », le qualificatif « grand républicain » donné au Général Moussa Traoré, par l’actuel Président, prétendument issu du Mouvement Démocratique, était le plus grand mépris à l’égard des patriotes et des démocrates qui au prix de leurs vies ont instauré la démocratie et rétabli la république dans ses vertus au Mali.

Il faut croire que la descente aux enfers continue et cette génération n’est pas au bout de ses peines.

En son sein même émerge une espèce de troubadours politiques, en quête de rente qui se croit permis de vendre au plus offrant, l’honneur et la mémoire martyre de 37 ans de combat assidu pour la préservation de la mémoire de celui qui a donné sa vie pour le Mali.

Le diplôme d’honneur Abdoul Karim CAMARA décerné à Ibrahim Boubacar KÉÏTA par le bureau actuel de L’AMSUNEEM, est une violation de la mémoire de Cabral et de celle de tous ceux qu’il symbolise dans la défense du Mali. Ce faisant ce bureau a commis une faute morale et doit démissionner.

Voilà, pourquoi nous avons marché, ce 17 mars 2017, le cœur meurtri, les pieds alourdis par la honte.

Pour rétablir la crédibilité et l’honneur de ce mouvement symbole, je demande tout simplement la démission du Bureau de L’AMSUNEEM.

https://www.facebook.com/souleymane...

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de