Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mali/ La cour constitutionnelle : IBK, président !

lundi 20 août 2018

Le nouveau président du Mali, élu pour 5 ans, est Ibrahim Boubacar Keita. Selon la cour constitutionnelle du Mali, il a été élu à l’issue du 2ème tour au scrutin du 12 août 2018, avec 67,16% des voix.

La course au fauteuil présidentiel du Mali, vient de connaître son épilogue. Ibrahim Boubacar Keita, Président sortant de la République, est réélu pour un nouveau mandat de 5 ans. Le verdict de la Cour constitutionnelle du Mali est tombé le lundi 20 août 2018.

Selon la cours constitutionnelle du Mali, les résultats définitifs du 2ème tour du scrutin du 12 août 2018, est : IBK a obtenu 67,16% des voix et Soumaïla Cissé 32,84% des voix.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques