Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mali : E-conseil, une nouvelle plateforme pour rendre le processus de dématérialisation effectif

mardi 13 mars 2018

Trois projets ont été examinés et approuvés par le conseil des ministres tenu le mercredi 7 mars 2018 sous la présidence du président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta, chef de l’état. Il s’agit de la désignation de l’autorité de coordination et de suivi des risques de financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux, l’approbation des marchés relatifs aux travaux de construction de la ligne haute tension Sikasso-Bougouni-Sanankoroba-Bamako et les politiques nationales des frontières.

Amadou Koïta, ministre de la jeunesse et de la construction citoyenne et porte-parole du gouvernement, accompagné de son collègue de l’économie numérique et de la communication, Arouna Modibo Touré, était face aux hommes de medias pour expliquer les tenants et les aboutissants des projets de loi approuvés par le conseil des ministres. C’était à la faveur du traditionnel point de presse hebdomadaire tenu au Centre d’information gouvernementale du Mali(CIGMA).

Dans son exposé liminaire, Amadou Koïta, porte-parole du gouvernement a indiqué que le projet de décret adopté consacre l’adoption formelle de la politique nationale des frontières et ouvre la voie à la mise en œuvre de son plan d’actions.

« Il s’agit du projet portant politique nationale des frontières et son plan d’application 2018-2020. Il consacre l’adoption formelle de la politique nationale des frontières et ouvre la voie à la mise en œuvre de son plan d’actions. Cette politique est bâtie sur 6 objectifs stratégiques visant à assurer la souveraineté nationale, la sauvegarde de l’intégrité territoriale, l’exercice de l’autorité de l’état. Elle fera de ces zones de frontières des espaces de paix, de sécurité, d’échange et de développement économique et du renforcement de l’intégration sous-régionale », a-t-il expliqué.

Selon le Porte-parole du gouvernement, le projet relatif au marché de la construction de la liaison Sikasso-Bougouni-Sanankoroba-Bamako pour un montant total de 56 110 000 000 de Fcfa, a été entièrement financé par la Banque mondiale.

« La liaison double terne 225 KV Sikasso-Bougouni-Sanankoroba- Bamako réparti en trois (3) lots, à savoir : la construction des lignes HTB, pour un montant hors taxe de 47 302652 dollars américains, soit environs 26 631 397 017Fcfa et un délai d’exécution de 24 mois, conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’entreprise EMC limited ; la construction de postes à un montant hors taxe de 40 628, 76 dollars américains, soit environ 22 873 933 755,8 fcfa, pour un délai d’exécution de 24 mois et conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’entreprise Tata Project Limited ; la distribution et le raccordement de Dialakorobougou, Sanankoroba, Bougouni, Zantièbougou, Koumantou, Kolondiéba, Sido, Kéléya et Niéna, à 12 811 495 70 Dollars américains, soit environ 212 875 79,1 Fcfa, pour un délai d’exécution de 24 mois et conclu entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise Mohan Energy Corporation Private Limited », a détaillé le ministre Koïta.

De son coté, Arouna Modibo Touré, s’est prononcé sur E-conseil , une nouvelle application « made in Mali » permettant d’effectuer des opérations de traitement, d’échange et de stockage d’informations dans la plus grande simplicité. Selon lui, l’objectif est de dématérialiser et d’accélérer le traitement des dossiers et de sécuriser les échanges de données en faisant l’économie de temps et de l’électricité.

Selon le ministre de l’économie numérique et de la communication, ce projet est la vision du gouvernement qui consiste à faciliter la collaboration entre les ministres et leurs proches collaborateurs, à permettre la réalisation d’économies substantielles sur le nombre de cartouches et de papiers utilisés pour la tenue d’un Conseil des ministres.

« Mon département a effectué un certain nombre de projets pour rendre le processus de dématérialisation effectif. Aujourd’hui, c’est projet dénommé E-Conseil constitue une innovation importante qu’il faut y aller. Il servira dores déjà à faire le conseil des ministres sans papier. Le premier module qui a été lancé aujourd’hui, consiste à rendre les préparations du conseil de ministres plus simple. La première chose que nous avons expérimentée : les nominations, c’est-à-dire les mesures individuelles », a-t-il expliqué.

Avant de préciser que cette dématérialisation n’a pas d’effet sur le contenu des dossiers et informations à traiter par les ministres mais uniquement sur la nature du support utilisé qui devient ainsi numérique et digital.

« La plateforme permettra de gagner de temps dans le traitement des dossiers, de réduire les charges en termes de papiers, synonymes d’économie. Le processus trace telle personne à utiliser tel ou tel moment quel dossier, il rend les nominations plus confidentielles et facilite la recherche documentaire dans l’archivage électronique », a indiqué le ministre Touré.

MTK

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques