Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Le Parrainage pour l’élection Présidentielle, une véritable source de corruption et de fraude pour les élus

mardi 4 septembre 2018

Les 1er et 2nd tours de l’élection présidentielle en République du Mali ont eu lieu respectivement le 29 juillet et 12 août 2018. Pour participer à ce scrutin présidentiel hautement capital, une somme de 25. 000 000 F CFA comme caution devait être versée au trésor public, en plus du parrainage de dix députés ou de cinq conseillers par région et du District de Bamako était indispensable pour la validation de la candidature par la cour constitutionnelle.

Cette disposition légale contenue dans la loi électorale en vigueur a pour but principal d’empêcher les candidatures fantaisistes afin d’assainir la compétition politique.

Ainsi, les candidats en liste pour le fauteuil présidentiel, se sont livrés à une bataille rangée pour la collecte de la signature des élus nationaux (députés) ou locaux (conseillers) en raison d’un élu par candidat (Un élu ne peut parrainer plus de deux candidats). Dans cette course effrénée, les prétendants à la magistrature suprême de notre pays ne se sont pas fait prier pour débourser des sommes pharaoniques pour entrer en possession du précieux sésame qui représentait le visa pour la compétition.

A l’époque, ces parrainages se négocieraient contre la somme non négligeable de 4 à 5 millions de FCFA pour les très honorables députés nationaux, contre 200 000 FCFA à 50 000 FCFA pour les maires et conseillers.

Dans cette ambiance nauséabonde de fraude généralisée, les candidats les plus nantis financièrement se sont abattus sur les députés siégeant à l’Assemblée Nationale. Ainsi, l’écrasante majorité des candidats qui n’avaient pas les moyens financiers pour s’acheter le parrainage des députés ont fait recours aux services des conseillers locaux.

Cette situation constitue pour les élus de la nation une foire quinquennale dans laquelle, ils se font du magot à bons comptes au détriment des principes de l’éthique et de la morale en la politique. Elle est anti-démocratique et a exclu de la compétition certains candidats porteurs d’une vision politique alternative et dont l’apport pouvait être un enrichissement considérable dans les débats sur le destin de notre pays.

Le parrainage constitue certes un moyen de légitimation des candidatures pour l’élection présidentielle dont les enjeux sont trop importants pour être ouverte à n’importe quel individu, tel un concours d’entrée à la fonction publique, des dispositions doivent être prises de toute urgence pour l’encadrer. Pour ce faire, une relecture de la loi électorale, nous parait indispensable pour privilégier le parrainage citoyen en lieu et place de celui des élus, afin de mettre fin à ce commerce ignominieux, indigne d’un système démocratique respectable.

En effet, nous appelons ardemment de nos vœux l’implémentation du mode de parrainage citoyen qui permet à des milliers de citoyens de cautionner un candidat pour l’élection présidentielle.

Ce modèle en cours dans beaucoup de pays de l’Europe a le mérite de garantir la transparence de la gestion du parrainage et de jeter les bases d’un véritable encrage démocratique.

Alpha Sidiki Sangaré

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en