• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    La nomination des cadres de l’armée dans les ministères et dans les ambassades : Un gâchis scandaleux

    vendredi 23 février 2018 , par Assane Koné

    Le conseil des ministres lors de sa séance du jeudi 08 février 2018 a procédé à des nominations dans plusieurs domaines de la fonction publique. Au nombre de ces nominations à des postes de responsabilité à caractère stratégique figure celle des hauts fonctionnaires du département de la défense. Ces nominations, au nombre de huit, rallongent la liste, déjà très longue, de hauts fonctionnaires de la Défense affectés à différents départements ministériels, représentations diplomatiques et consulaires.

    Par ces nominations, le régime du Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, emboîte le pas à ses prédécesseurs, qui avaient royalement ouvert cette brèche.

    Ainsi, au chapitre des mesures individuelles, le conseil des ministres a nommé comme haut fonctionnaire de la Défense les militaires dont les noms suivent : le Lieutenant-colonel de gendarmerie, Seydou Mariko, auprès du Ministère de la Défense et des anciens combattants, le Colonel Faguimba Keita auprès du Ministère de l’Education Nationale, le Lieutenant-colonel Nouhoum N’diaye auprès du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Colonel Harouna Haidara auprès du Ministère du Commerce et de la Concurrence, le Colonel Batio Traore auprès du Ministère de la Culture, le Lieutenant-colonel Zaleha Abdoulaye auprès du Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, le Lieutenant-colonel Issa Diallo auprès du Ministère du Développement industriel et le Lieutenant-colonel Abdoulaye Danioko Camara auprès du Ministère des Affaires Religieuses et du Culte.

    Dans le contexte actuel de notre pays, on se serait attendu à ce que ces officiers supérieurs, au vu de leur expérience, auraient été mieux inspirés d’accepter des postes d’encadrement de notre armée qu’ont dit « fragilisée par un déficit de professionnalisme et de compétence dans la conduite des opérations stratégiques sur le terrain »où nos forces armées sont exposées à des défis plus prioritaires que d’aller occuper des postes de sinécure. Elles contribuent à priver l’outil de défense nationale de cadres supposés valeureux qui sont exilés dans des bureaux feutrés.

    Ces nominations contrastent donc manifestement avec la volonté affirmée à souhait des plus hautes autorités à doter notre pays d’une armée nationale républicaine professionnelle, moderne, efficace, bien équipée. Elles constituent l’expression manifeste d’une certaine propension au clientélisme assortie d’une insouciance inacceptable, et surtout ces nominations démontrent l’amateurisme caractérisé du pouvoir politique dans la gestion des affaires publiques.

    Ces promotions en dépit de tout bon sens, aussi déraisonnables qu’incongrues, jurent avec la volonté proclamée du chef de l’Etat de nommer les personnes qu’il faut à la place qu’il faut pour un souci réel de cohérence efficace et surtout pour prévenir les risques de frustration légitime auprès d’autres fonctionnaires méritants de l’administration qui aspirent à contribuer au développement social et économique national.

    Ces promotions sont certes légales car émanant d’autorité légitime doté du pouvoir discrétionnaire de nomination aux emplois civils et militaires, mais on en droit de s’interroger sur leur pertinence et sur leur opportunité au regard de la situation sécuritaire préoccupante du pays caractérisée par la résurgence des attentats terroristes et autres enlèvements. Cette détérioration de la situation sécuritaire au nord et au centre du pays, avec son lot de victimes civiles et militaires, impose plus que jamais la présence des cadres militaires au poste de commandement opérationnel.

    Ces officiers supérieurs de l’armée doivent être immédiatement rappelés et mis à contribution pour la mise en œuvre effective de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (L O P M) dédiée essentiellement à la restructuration de notre armée nationale. Ils pourront contribuer au renforcement des capacités opérationnelles des hommes de troupes et dans la conception des stratégies militaires.

    En redéployant ces hauts gradés, que nous appelons de tout notre vœu, on met à la disposition de notre armée convalescente, des compétences accrues de nature à renforcer les convictions patriotiques de nos jeunes et vaillants hommes de troupes et leur hiérarchie exposés quotidiennement à la cruauté d’une guerre asymétrique. En accédant à de telles préoccupations, les plus hauts responsables de l’Etat envoient un signal fort à toute la nation malienne qu’une conscience de la responsabilité est indispensable pour faire jouer pleinement à notre armée sa fonction régalienne de défense de notre territoire national plus que jamais uni et indivisible.

    Alpha Sidiki Sangaré

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce