Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journée internationale de la jeune fille : Les OSC invitent les décideurs politiques à s’investir dans la vaccination et la redevabilité

lundi 15 octobre 2018

Dans le cadre de la journée internationale de la jeune fille, 26 organisations de la société civile d’Afrique et d’Haïti, ont invité les décideurs politiques à investir dans la vaccination et la redevabilité en Afrique.

A l’occasion de la journée internationale de la jeune fille, 26 organisations de la société civile d’Afrique et d’Haïti ont demandé des comptes à des décideurs politiques africains pour une meilleure mise en œuvre des politiques de vaccination des filles et des garçons.

Dans un communiqué publié le 12 octobre 2018, il est indiqué que dans 16 pays, 25 organisations de la société Civile Africaine et d’Haïti et une organisation internationale font le suivi des vaccins, des finances et des législations.

Le communiqué rappelle qu’à travers la 2ème édition de l’initiative 33 days to power up immunization, à l’occasion de la Journée Internationale de la jeune fille, 26 organisations de la société civile d’Afrique et d’Haïti continuent de demander des comptes au nom des filles et des garçons et une meilleure mise en œuvre des politiques de vaccination.

A rappeler que l’initiative33 Days to Power Up Immunization est une initiative qui permet aux OSC de porter un débat pendant 33 jours sur l’importance de la vaccination et le rôle essentiel que joue les vaccins comme le vaccin contre le Tétanos, la Rubéole et les VPH pour la survie des filles.

Le communiqué indique que conformément au thème de la journée de la jeune fille de 2018 qui est « Avec elle : encourager l’instruction et la qualification professionnelle des filles », les OSC regroupées à Dakar ont décidé de porter le message clef : « La vaccination doit être un des investissements prioritaires chez la petite fille ».

A l’occasion, Clarisse Loé Loumou, membre du Conseil de Gavi et représentante des OSC au sein de Gavi, a indiqué que « le monde du travail actuel est en rapide mutation, il est important d’éduquer et de professionnaliser les filles pour qu’elles prennent leurs marques ». Avant d’ajouter « Nous devons donc nous assurer que les filles, et tous les enfants en général, soient à jour dans leur calendrier vaccinal, car la vaccination a un impact positif sur la productivité des jeunes filles ».

Le communiqué dira que lors des dates clefs de la campagne, que sont la Journée internationale de la jeune fille, la journée mondiale contre la poliomyélite et la journée mondiale contre la Pneumonie, les organisations de la société civile rencontreront les décideurs politiques pour leur demander des comptes sur leurs engagements pris avec la déclaration d’Addis-Abeba sur la vaccination et le plan mondial d’action mondiale pour la vaccination.

Et de préciser que M. Salisu Musa Muhammad, Directeurs des opérations et des finances de Concern Health and Research Initiative a rappelé que lors de l’édition 2017, ils ont obtenu une allocation de 15% du budget de l’Etat de Bauchi à la santé , et un engagement du gouverneur de cet Etat de faire plus que ça, mais aussi maintenir ce budget pour 2018. « Mais, ce n’est pas assez, pour prioriser la vaccination au Nigeria », a-t-il déclaré, selon le communiqué.

Kadi Diarra
Stagiaire

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en