• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Séminaire de restitution de l’étude actuarielle des régimes gérés par l’INPS : Ce qu’il faut savoir

    L’an deux mille dix-huit et le 19 juin s’est tenu à Bamako, à l’hôtel Maeva, le séminaire de restitution de l’étude actuarielle sur les régimes de prévoyance sociale gérés par l’ institut National de Prévoyance Sociale. Le présent séminaire avait pour objectif

    Programme de Renforcement des capacités pour l’éducation au Mali : Vers l’élaboration d’une Stratégie Nationale pour le Développement des Statistiques de l’Education

    Dans l’objectif d’élaborer la cartographie des données pour le Cadre National des Indicateurs (CNI) et le plan de collecte des données requises, le Bureau de l’UNESCO à Bamako, en collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale, et avec l’appui technique

    Programme pour la Consolidation de la Paix au Mali : la planification des activités a été élaborée de manière participative

    Le Bureau de l’UNESCO à Bamako a organisé, du 4 au 7 juin 2018 à Ségou, l’atelier sur l’élaboration du Manuel de formation et de planification des activités du programme sur les fonds pour la Consolidation de la Paix « Peacebuilding fund » (PBF), dénommé « Les

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Insécurité alimentaire au Mali : 20% de la population sera menacée pendant la période de soudure

    mardi 28 mars 2017 , par Assane Koné

    Au Mali, à l’issue de la campagne agricole 2016-2017, plus de 600.778 personnes sont classées en insécurité alimentaire sévère et 3 233 166 personnes en insécurité alimentaire modérée. Et la population en insécurité alimentaire pour la période de soudure est 3 833 994 personnes soit près de 20% de la population malienne. Ces résultats ont été publiés lors de la session d’information sur la situation alimentaire 2016-2017 organisée le 28 mars 2017 à l’hôtel Massaley, par le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA), pour partager les résultats issus du cadre harmonisé.

    La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par Oumar Ibrahim Touré, ministre commissaire à la sécurité alimentaire en présence du représentant de partenaires techniques et financiers. Cette session de partage des résultats définitifs de la situation alimentaire et nutritionnelle s’est tenue le 28 mars 2017 à l’hôtel Massaley. Elle est issue du cadre harmonisé d’analyse et d’identification des populations, campagne agricole 2016-2017.

    La rencontre a enregistré la participation de représentants des structures techniques et des ONG partenaires. Elle intervient à la fin de la campagne agricole de chaque année pour ainsi réunir l’ensemble des acteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle afin de déployer cet outil. Ce cadre est fondé principalement sur les informations émanant des différentes évaluations et enquêtes effectuées dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

    Si l’on en croit au ministre commissaire à la sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré, la session de 2017 a regroupé une soixantaine de représentants de structures et d’organisations nationales, internationales et de la société civile. « Ils ont examiné 49 cercles et les 6 communes du district de Bamako en utilisant les données les plus récentes issues de différentes enquêtes, des rapports d’évaluations rapides des ONG et des rapports d’activités des structures nationales », a-t-il indiqué.

    Selon Oumar Ibrahim Touré, il est ressorti de ces rapports d’activités que la production agricole est jugée moyenne à bonne dans le pays. « On note des zones de mauvaises productions, notamment dans le Sahel Occidental, dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao. Aussi, sur le plan pastoral, le disponible fourrager est globalement moyen avec là aussi des déficits importants notamment dans le Gourma de Tombouctou et Gao et par endroits au sahel occidental ». a-t-il indiqué. Et d’ajouter que l’insécurité civile perturbe aussi les activités économiques dans le nord et le centre du pays.

    Quant aux projections des populations menacées par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le pays, le ministre commissaire a rappelé que « 600.778 personnes sont classées en insécurité alimentaire sévère et 3 233 166 personnes en insécurité alimentaire modérée. Globalement, la population en insécurité alimentaire pour la période de soudure est 3 833 994 personnes soit près de 20% de la population malienne », a-t-il déclaré.

    Pour pallier à cette situation alarmante, les experts ont prôné un certain nombre de recommandations visant à apporter l’assistance aux populations vulnérables.
    Il s’agit entre autres de la mise en œuvre des actions de résilience comme les transferts sociaux, les aménagements de proximité, l’amélioration de la disponibilité et l’accès à l’aliment du bétail dans les zones en déficit fourrager (4 000 Tonnes). La poursuite et le renforcement des actions de prévention et de prise en charge de la malnutrition qui est un problème préoccupant dans l’ensemble du pays. Enfin, ils ont décidé de procéder à des actions de reconstitution des moyens d’existence à l’endroit des populations déplacées et réfugiées de retour.

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce