Version imprimable de cet article Version imprimable | |

IBK déclaré vainqueur, le camp de Soumaïla Cissé proteste

jeudi 16 août 2018

« Ce sont leurs résultats ! Ils ne reflètent pas la vérité des urnes.
Ils ne reflètent pas le vote du peuple souverain du Mali ». La déclaration a été faite par Tiébilé Dramé, Directeur de Campagne du candidat Soumaïla Cissé, le 16 août 2018, immédiatement après la publication des résultats provisoires par le ministre de l’Administration territoriale. Lisez l’intégralité de la déclaration !

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Sans surprise le Ministre chargé des élections a rendu publics des « résultats » provisoires du 2ème tour de l’élection présidentielle.

Ce sont leurs résultats !
Ils ne reflètent pas la vérité des urnes.
Ils ne reflètent pas le vote du peuple souverain du Mali.

Ces résultats publiés par le camp du président sortant résultent d’un trucage monstrueux, d’une manipulation du suffrage des Maliens, d’un bourrage d’urnes d’une autre époque. Comme vous pouvez le voir sur l’élément vidéo que nous allons rediffuser tout à l’heure.

Le 12 août est un jour noir pour le Mali. Ces élections sont un recul démocratique.

Un jour triste pour un peuple qui a payé le prix fort de l’avènement de la démocratie pour que ses choix soient respectés.

Ibrahim Boubacar Keïta, Soumeylou Boubèye Maïga, les martyrs de la démocratie couchés au cimetière de Niaréla se retournent dans leurs tombes, ils vous observent, ils observent vos élections et vos résultats.

Le régime a tout entrepris pour obtenir les résultats annoncés ce matin :

-  instrumentalisation de l’administration,
-  achats de conscience,
-  bourrages d’urnes,
-  falsification des résultats issus des urnes,
-  attaque de notre système de compilation des résultats,
-  interpellation de 5 collaborateurs de l’agence Smart média,
-  confiscation d’ordinateurs et de téléphones portables,
-  arrestations, tortures, traitements cruels inhumains ou dégradants infligés à Abel Konan Kouassi, un technicien de Smart média,
-  menaces et intimidations contre plusieurs partisans de Soumaïla Cissé,
-  encerclement ce matin du domicile du directeur de Smart média.

En somme, rien n’a été épargné par les tenants du régime pour détourner le vote des maliens.

Nous lançons un vibrant appel à la mobilisation citoyenne pour défendre le suffrage du peuple malien par une pression populaire, pacifique et démocratique.

Soumaïla Cissé s’adressera au peuple malien demain, vendredi 17 août dans l’après-midi.

Je vous remercie !

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en