Version imprimable de cet article Version imprimable | |

IBK à Paris : « Je n’ai jamais conclu la moindre affaire avec Michel Tomi »

vendredi 23 février 2018

A la faveur d’une visite privée de 72 heures à Paris (France), le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keita a accordé un entretien au journal « le Monde ». Lors de cette interview, IBK est revenu sur l’affaire Michel Tomi, homme d’affaires Corse très présent en Afrique. Selon le Président Keita, il n’a jamais conclu la moindre affaire avec Michel Tomi.

En effet, Michel Tomi est suspecté pour corruption d’agents publics étrangers, faux et usage de faux, abus de confiance, complicité d’obtention par la justice française. En juin 2014, il a été mis en examen et l’enquête implique de nombreux dirigeants africains avec lesquels l’homme d’affaires français, a des liens. IBK figure parmi ses collaborateurs. Selon les enquêteurs, il aurait reçu des cadeaux de la part de Michel Tomi. La justice française s’est alors interrogée sur les liens qu’entretient le Président du Mali avec Michel Tomi.

Ibrahim Boubacar Keita a rappelé le contexte dans lequel il a rencontré Michel Tomi. « Sans Vouloir jouer les innocents, je n’ai rien compris à cette affaire qui m’a sali et outragé. Je n’ai jamais conclu la moindre affaire avec Michel Tomi. Il n’est d’ailleurs pas mon ami, mais mon frère au sens africain et corse. Il m’a été présenté par feu le Président gabonais, Omar Bongo Ondimba, lors d’une visite au Mali en 1995. J’étais à l’époque le premier ministre du Président Alpha Oumar Konaré, qui m’a demandé d’aider Michel Tomi dans ses démarches d’ouverture d’un casino à Bamako. Je l’ai introduit auprès de la ministre du tourisme d’alors. Il a rempli les conditions et a ouvert son casino », a-t-il indiqué.

Puis, il dira qu’il trouvait scandaleux que l’on considère Tomi comme son parrain qui le contrôlait et le corrompait.

« Je n’ai pas touché un centime, mais j’ai gagné un ami pour la vie. Quand il venait au Mali, il mangeait chez moi. Et je suis allé chez lui, en Corse. Je trouve scandaleux qu’on le considère comme un parrain qui me contrôlait ou me corrompait. Cette affaire m’aura au moins permis de connaitre la profondeur de l’amitié de François Hollande. Il n’a jamais douté de moi. Il savait. Ça m’a été d’un grand réconfort », a révélé Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République du Mali.

M.M

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques