Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Général Lecointre : « Sans Barkhane, les Etats du Sahel s’effondreraient sur eux-mêmes »

jeudi 11 juillet 2019

Déçus des nombreuses attaques et tueries des populations civiles, malgré la présence de milliers d’éléments de l’armée françaises et d’autres forces de pays occidentaux, des voix, des voix s’élèvent de plus en plus dans les pays du Sahel pour demander le retrait des forces étrangères. Pour toute réponse, le Chef d’État-major des armées françaises est formel : « Sans Barkhane, les Etats du Sahel s’effondreraient sur eux-mêmes ». Il l’a dit chez nos confrères de TV5. Lisez !

Le chef d’état-major des armées françaises, le général François Lecointre, a estimé jeudi que les pays du Sahel s’effondreraient "sur eux-mêmes" et que le "terrorisme" y deviendrait incontrôlable sans l’appui de la force française Barkhane.

"Si on n’est pas là, si on part demain et si avec les Européens qui nous accompagnent dans la gestion de cette crise très grave nous n’agissons pas, ces pays s’effondreront sur eux-mêmes, le terrorisme s’y développera de façon incontrôlée, pourra éventuellement gagner et s’exprimer ensuite en France et en Europe et par ailleurs on connaîtra des phénomènes de migration absolument phénoménaux", a-t-il déclaré sur la chaîne d’information CNEWS.

La force antijihadiste Barkhane mobilise quelque 4.500 militaires dans cinq pays du Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie). Elle concentre particulièrement ses efforts dans la région du Liptako Gourma dans le nord-est du Mali.

Dans ce pays, des zones entières continuent d’échapper au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, qui sont régulièrement visées par des attaques meurtrières malgré un accord de paix avec l’ex-rébellion à dominante touareg dans le nord, censé isoler définitivement les jihadistes.

Ces dernières années, ces attaques se sont étendues au centre et sud du Mali ainsi qu’au Burkina Faso et au Niger voisins, devenant de plus en plus fréquentes, le nombre de victimes se chiffrant en milliers malgré le déploiement massif de forces de sécurité.

"La région dans laquelle nous faisons effort, le Liptako Gourma, représente le quart de la France", a relevé le général Lecointre, interrogé sur les difficultés à enrayer les violences sur le terrain.

"La France ne peut pas en quelques mois, ni même quelques années régler un problème réparti sur un territoire très vaste, avec des gens qui sont au milieu des populations, qui les terrorisent", a-t-il souligné.

"Le problème est par ailleurs bien plus large qu’un simple problème militaire. C’est un problème systémique, qui comporte des sujets de développement, de gouvernance, qui est aggravé par les tensions interethniques, par la sécheresse qui sévit au Sahel", a-t-il ajouté.

https://information.tv5monde.com/af...

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de