| |

Flambée des prix des denrées de première nécessité : Enfin, Boukadary Doumbia de la DGCCC décide de sévir contre les contrevenants

jeudi 9 avril 2020

Accusé d’inaction face à la flambée des prix des denrées de première nécessité sur le marché malien dans le cadre de la crise du CORONAVIRUS, Boukadary Doumbia, DGCCC, qui s’était positionné comme l’avocat des spéculateurs, en évoquant le principe de la liberté des prix, a décidé de sévir. Tout porte à croire qu’il a été rappelé à l’ordre par ces chefs. En tout cas son réveil même tardif est à saluer. Parce que sanctionner les spéculateurs et autres commerçants véreux, c’est faire preuve de justice.

« Dans le cadre du contrôle de l’effectivité des prix plafonds, des magasins de vente, boutiques et alimentations ont été fermés à travers la ville de Bamako par les enquêteurs de la DRCC du district ». L’information a été relayée par un poste sponsorisé sur la page facebook de la Direction régionale du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence de Bamako. Il nous est revenu que du côté de Koulikoro, dans le cadre du contrôle de l’effectivité des prix plafonds fixés que « les enquêteurs de la DRCC de Koulikoro ont verbalisé plusieurs contrevenants à la mesure de plafonnement des prix des produits de première nécessité lors d’un contrôle de routine ».

Pour notre part, nous saluons ce réveil, même, tardif de Boukadary Doumbia, Directeur général du Commerce, de la Consommation et de la Concurrence (DGCCC) et de ses hommes. Certes, les informations publiées ne font pas état du nombre de boutiques, de magasins et d’alimentations qui ont été fermés à travers la ville de Bamako, mais c’est déjà une bonne chose.

Et, c’est ce que les maliens attendaient du DGCCC et de ses hommes : sanctionner tous les contrevenants par des missions de contrôle afin que le jeu soit clair pour tous (consommateurs et commerçants).

Ici, le consommateur malien n’avait pas besoin qu’on lui rappelle le principe de la liberté des prix. Il était urgent que les services du DGCCC interviennent pour calmer les ardeurs des spéculateurs. Heureusement qu’ils ont décidé de se réveiller. Et, nous allons les suivre de près dans leurs opérations afin que certains agents de terrain n’y trouvent pas là une aubaine de se remplir les poches auprès des commerçants véreux, adeptes de la spéculation.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav