Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Festival sur le Niger 2018 : « Keneya Jemukan » y était pour la promotion des services et produits de santé

samedi 17 février 2018

Financé par l’USAID pour 5 ans à hauteur de 35 millions de dollars US, le projet bilatéral « Keneya Jemukan » dirigé par Issiaga Daffé, était à l’édition 2018 du Festival sur le Niger, à Ségou. Et quand on sait que cette édition a mobilisé 30 à 40 000 personnes, l’évènement était tout indiqué pour faire la communication et la promotion des services et des produits de santé à grand impact.

« Nous sommes à Ségou, dans le cadre du Festival sur le Niger pour sensibiliser la communauté et les festivaliers sur les comportements saints à adopter, et dans le cadre du marketing social, c’est l’occasion pour nous de faire la promotion services et des produits de santé à grand impact que nous avons dans notre stock », nous a indiqué Issiaga Daffé, Chef du Projet « Keneya Jemukan », installé au Mali depuis décembre 2014.

Il a indiqué que « Keneya Jemukan » est un projet bilatéral financé par l’USAID pour 5 ans, à hauteur de 35 millions de dollars US. Selon lui, ce projet s’occupe de la communication et la promotion des produits et services de santé à grand impact.

« Le projet a trois volets », a-t-il ajouté. Avant de préciser que le premier volet porte sur la communication pour le changement de comportement dont l’objectif est de créer la demande de produits et de services de santé. En ce qui concerne le deuxième volet, il dira qu’il porte sur le marketing social, dont l’objectif est de rendre disponible ces produits et services de santé à haut impact.

« Nous avons dans notre stock 9 produits, dont 7 produits de contraception , 1 produit de lutte contre les maladies diarrhéiques pour les enfants de moins de 5 ans (Orasel Zinc) et un produit de traitement de l’eau (Aquatabs) », a-t-il indiqué.

Avant de préciser que les 7 produits de contraception sont : Jadelle (Un implant contraceptif), Confiance (Injectable), Pilplan-D (pilules contraceptifs oraux combinés), les préservatifs protector, le dispositif intra utérin (DIU), le collier du cycle et le préservatif féminin.

Par rapport au troisième volet du projet, il dira qu’il porte sur le renforcement des capacités, dont l’objectif est de doter certaines institutions de l’Etat comme le Centre National d’Information, d’Education et de Communication pour la Santé (CNIECS) et les Organisations non gouvernementales partenaires d’implémentation.

« Dans ce domaine, nous travaillons avec 10 ONGs qui couvrent 5 régions au Mali (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Mopti, Gao) et le District sanitaire de Bamako », a-t-il ajouté. Avant d’indiquer que dans leur travail de communication, ils ciblent les femmes en âge de procréer et surtout les jeunes.

Mieux, il dira que dans le but d’utiliser la communication pour promouvoir des comportements favorables à une meilleure santé, son projet a élaboré, dans le domaine de la santé de la reproduction, le livret intitulé « iKolosi » pour véhiculer des informations clés en santé de la reproduction pour les jeunes. « Et, comme nous sommes dans une période où les jeunes utilisent beaucoup le numérique, nous avons développé une application du livret ‘’iKolosi ‘’ qui est disponible sur l’App Stores et Play Stores, pour les téléphones », a-t-il ajouté.

Il a précisé que la présence du projet au Festival sur le Niger 2018, a permis d’enregistré plus de 2000 jeunes, en moins de trois jours sur cette application, qui compte déjà l’enregistrement d’au moins 10 mille jeunes.

« Mais, vu que la dénomination de ce festival est intimement liée au fleuve Niger, notre objectif à Ségou, c’est de vulgariser l’Aquatabs, qui répond à la règle de 1,2 et 3, c’est-à-dire un seul comprimé peut purifier 20 litres d’eau en 30 minutes, et quand on sait que la plaquette de 10 comprimés ne coûte que 100 FCFA », a-t-il indiqué.

Il a aussi révélé que leur présence au festival de Ségou visait à sensibiliser les jeunes sur l’usage de préservatif. « Depuis le depuis du projet au Mali, nous avons vendu plus de 26 millions de condoms », a Issiaga Daffé.

En plus le projet « Kenya Jemukan » a des chiffres éloquents. Jugez en vous-même. Ce sont 11 144 082 comprimés de Aquatabs qui ont été vendus au Mali pour la prurification de 222 881 640 litres d’eau. L’on peut aussi dire que 263 160 sachets d’Orasel et 1 315 800 comprimés de zinc ont été vendus pour le traitement de la diarrhées de milliers d’enfants de 0 à 5 ans.

Issiaga Daffé a estimé que ce sont plus de 10 847 713 personnes qui ont été touchée à travers les messages de communication qui sauvent des vies et plus de 4,5 millions de personnes ont été touchées à travers les activités de Santé Numérique dont 7 500 utilisateurs de l’application Ikolosi et 300 000 visiteurs sur le site web KJK.

Selon le Chef du Projet « Keneya Jemukan », ce sont 840 987 couple année de protection qui a été obtenu à travers la vente et la distribution des produits contraceptifs. Et, il dira que 81 176 matériels de communication ont été produits et distribués aux clients et partenaires, au moment où 298 personnes étaient formées sur l’évaluation de capacités institutionnelles, dont 80 personnes issues de 24 ONG formées au développement d’un plan stratégique et 37 personnes ont bénéficié de la formation sur la pratique de bonne gouvernance.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !