| |

FRAPPE DE L’ARMEE FRANCAISE A BOUNTI : Human Rights Watch exige une enquête crédible et impartiale

lundi 25 janvier 2021

« Les gouvernements malien et français devraient mener une enquête rapide et impartiale sur la frappe aérienne française du 3 janvier 2021 dans le centre du Mali, qui a tué 19 personnes considérées par les habitants locaux comme étant des civils », a déclaré Human Rights Watch, le 21 janvier 2021.

Human Rights Watch rappelle que « dans un communiqué du 7 janvier, les forces armées françaises ont déclaré que l’attaque a été menée vers 15 heures par deux chasseurs Mirage 2000 qui ont lancé trois bombes sur "un groupe d’environ 40 hommes adultes", tuant une trentaine de personnes qui, selon elles, étaient des combattants islamistes armés, au nord du village de Bounti ». Et, d’ajouter qu’ « une organisation non gouvernementale locale a rapporté le soir de l’attaque qu’une cérémonie de mariage à l’extérieur de Bounti avait été bombardée, tuant des civils ». Avant de rappeler que « le 5 janvier, la force antiterroriste française opérant au Mali a confirmé qu’elle avait effectué des frappes aériennes dans la région ce jour-là, mais a affirmé qu’il n’y avait pas de mariage et qu’elle avait visé le rassemblement d’un groupe islamiste armé qu’elle traquait depuis plusieurs jours ».

Cependant, selon Human Rights Watch, « Trois habitants de Bounti, dont deux ont été blessés lors de l’attaque, lui ont déclaré que le rassemblement était un mariage auquel assistaient de nombreux civils ».

Jonathan Pedneault, chercheur auprès de la division crises et conflits à Human Rights Watch, a estimé que « les graves allégations selon lesquelles des civils auraient été tués dans des frappes aériennes doivent faire l’objet d’une enquête rapide afin de déterminer la légalité des frappes au regard des lois de la guerre ». Il a estimé que « les autorités maliennes et françaises ont l’obligation, en vertu du droit international, de veiller à ce qu’une enquête crédible soit menée de manière approfondie et impartiale ».

Human Rights Watch a indiqué que le 6 janvier, les médias français ont rapporté que la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, MINUSMA, avait lancé sa propre enquête sur l’incident de Bounti. Le lendemain, une source du ministère malien de la Défense a déclaré aux médias turcs qu’elle menait également des enquêtes. « Les forces maliennes et françaises devraient coopérer pleinement avec l’enquête en cours de la Division des droits de l’homme de la MINUSMA, notamment en fournissant les plans de vol et l’accès au site », a suggéré Human Rights Watch. Avant de rappeler que « l’attaque aérienne française, menée par la force Barkhane, a eu lieu quelques jours après deux attaques distinctes utilisant des engins explosifs improvisés (EEI), qui ont tué au total cinq soldats français à moins de 100 kilomètres de Bounti, le 29 décembre 2020 et le 2 janvier. La zone autour de Bounti, le Cercle de Douentza dans la région de Mopti, au centre du Mali, est une zone d’opérations connue des groupes islamistes armés. Ces groupes ont commis de nombreux abus contre les civils locaux et les agents de l’État depuis 2015 ».

Revenant sur la déclaration des autorités françaises, Human Rights Watch, a indiqué que selon elles, « la force Barkhane a mené les frappes à la suite d’une opération de renseignement de plusieurs jours, elle précise également que le groupe visé n’a été identifié qu’une heure avant les frappes, lorsqu’un drone aérien Reaper a détecté une moto avec deux individus se joignant au groupe plus important ». Et, d’ajouter que « selon cette déclaration, le drone a observé le rassemblement et s’est assuré qu’aucune femme ni aucun enfant n’était présent. Les forces armées françaises affirment que ces observations, couplées aux renseignements recueillis les jours précédents, étaient suffisantes pour déterminer que les hommes visés faisaient partie d’un groupe islamiste armé ».

Human Rights Watch a rappelé que dans une interview accordée le 10 janvier à France Inter, Florence Parly, la ministre française de l’armée, a déclaré qu’elle avait personnellement vérifié qu’il n’y avait « ni mariage, ni femme, ni enfant, qu’il s’agissait d’hommes et exclusivement d’hommes. »

Mais, qu’à cela ne tienne, Human Rights Watch dira que « chacun des trois habitants de Bounti avec qui s’est entretenu Human Rights Watch a cependant indiqué qu’un mariage avait eu lieu et que les hommes s’étaient réunis séparément des femmes et des enfants en raison des mesures de ségrégation entre les hommes et les femmes imposées par les groupes islamistes armés actifs dans la région ».

Mieux, Human Rights Watch a indiqué qu’ « ils ont expliqué que le mariage avait été planifié plus d’un mois auparavant et que des personnes étaient venues d’autres villes et villages pour y assister. Le mariage, que la famille avait organisé plusieurs années auparavant, était entre une jeune fille de 16 ans et un parent éloigné de 25 ans. Le mariage des enfants est légal au Mali et 54 % des filles maliennes sont mariées avant l’âge de 18 ans. Un mouton avait été abattu et préparé dans le village et les femmes étaient sur le point de livrer le repas lorsque l’attaque a eu lieu, ont déclaré les habitants ».

Selon Human Rights Watch, un homme de 68 ans de Bounti leur a déclaré : « soudain, nous avons entendu le bruit du jet, et tout s’est passé rapidement. J’ai entendu une puissante détonation, boum, puis une autre détonation. J’ai perdu conscience pendant quelques minutes et quand je me suis réveillé, mon pied saignait à cause des éclats d’obus, et tout autour de moi, il y avait des blessés et des cadavres ». Selon un autre homme, âgé d’une quarantaine d’années et présent sur les lieux au moment de la frappe, dont le témoignage a été rapporté par Human Rights Watch, « la première bombe avait explosé et tué 17 hommes, tandis que la seconde en avait blessé 9, dont 2 sont morts plus tard ».

Et, c’est pour tout cela que Jonathan Pedneault de Human Rights Watch a déclaré : « Nous voulons une enquête approfondie et une protection, parce que l’État doit éviter la confusion [entre civils et combattants] dans ses opérations ».

Human Rights Watch est formel : « le droit international humanitaire, ou lois de la guerre, qui s’applique au conflit au centre du Mali, exige que toutes les attaques soient dirigées contre des cibles militaires ». Et, d’ajouter que « bien que la présence de victimes civiles n’indique pas automatiquement une violation des lois de la guerre, les attaques ne peuvent pas être menées sans discernement ni causer des pertes civiles disproportionnées ». Et, pour cela, Human Rights Watch a estimé que « les forces attaquantes sont tenues de faire tout ce qui est possible pour vérifier que leurs cibles sont militaires et évaluer si les pertes civiles éventuelles sont excessives par rapport au gain militaire recherché ». Mieux, Human Rights Watch dira que « les États parties à un conflit armé sont tenus d’enquêter sur les allégations crédibles de violations graves du droit de la guerre, qui peuvent constituer des crimes de guerre ».

« Plus vite des enquêtes crédibles et impartiales seront mises en place et dotées des informations nécessaires, plus vite elles auront des chances de donner des résultats précis et de dissiper les doutes et les rumeurs », a déclaré M. Pedneault.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav