Version imprimable de cet article Version imprimable | |

ENERGIE EOLIENNE AU MALI : Pourquoi ne pas s’inspirer de l’exemple du Burkina

lundi 12 octobre 2020

Le salut du Mali en matière d’énergie peut bien passer par la construction d’une grande centrale solaire.

Le délestage est un problème récurrent au Mali. Il n’y a pas de grande ville au Mali où il n’y a pas de coupures de courant de façon intempestive. Elles se font surtout sentir pendant les périodes de grandes chaleurs. Ce sont les moments où il y a une forte consommation de courant. EDM-SA, la seule société chargée de la production, du transport et de la distribution d’électricité au Mali, ne peut faire face aux demandes. Du coup, les populations sont confrontées aux délestages tout azimut avec leur lot de conséquences dramatiques.

Dans sa tentative d’amoindrir la souffrance des clients, EDM-SA fait du bricolage. Anticiper sur les problèmes, n’est dans le vocabulaire d’EDM-SA. Elle attend qu’elle soit confrontée aux difficultés pour vouloir agir. Or, les problèmes du réseau sont connus.

Pour palier à ses problèmes, des solutions sont à bout de main. Tous les spécialistes de l’énergie sont unanimes à dire que la solution peut passer par la construction de puissantes centrales solaires comme l’a fait le Burkina Faso.

Les autorités burkinabé sont en train de multiplier les initiatives pour soulager leurs populations, en témoigne la construction d’une centrale solaire d’une capacité de 33 MW de 25 000 panneaux. Le montant de la réalisation de l’infrastructure est de 21, 5 milliards de F CFA, un investissement d’Urbasolar via un pool financier.

La centrale sera exploitée sous la forme d’un contrat PPP par Urbasolar, pendant 25 ans avant d’être rétrocédée à l’Etat burkinabè. L’énergie générée par la centrale sera rachetée par la société nationale d’électricité (Sonabel), qui se chargera de l’a distribuée à 150 000 ménages. Le coût du kilowattheure s’établira à 48 F CFA contre 75 F, le prix actuellement pratiqué dans le pays.

Qu’est ce qui empêche nos autorités à imiter de telles initiatives ? Surtout qu’annuellement ce que le Mali perd dans la production de l’électricité est important.

Ancien ministre de l’Energie et de l’Eau, Makan Aliou Tounkara sur Renouveau télévision a dévoilé qu’en 2019, l’EDM a injecté plus de 250 milliards de FCFA dans les dépenses pour l’achat de carburant (gas-oil) et l’achat de l’énergie avec les fournisseurs de courant au Mali (Manantali…) et en Côte d’Ivoire.

Si nos autorités dans le cadre des réformes électriques acceptaient de se lancer dans la construction de centrales solaires, cela pourrait diminuer le besoin en matière de courant sans trop dépensé.

Hamidou B Touré
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav