Version imprimable de cet article Version imprimable | |

EN VISITE EN CHINE : Ibrahim Diawara s’inspire des techniques chinoises de rendements du coton

lundi 9 septembre 2019

Avoir les techniques permettant d’augmenter d’une tonne à 6 tonnes à l’hectare de la production du coton graine au Mali : telle est l’ambition du patron de la société Stones, Ibrahim Diawara qui vient de boucler une visite d’une semaine en Chine où il a eu fructueuses échanges avec les paysans et les experts chinois.

Après l’étape de l’Indonésie où il a participé le 20 août 2019 au Forum Indonésie/Afrique sur le financement des infrastructures, le patron de l’Usine Stones, non moins président du mouvement « Maliens tout court », Ibrahim Diawara, séjourne en Chine. Dans le pays de l’empire du milieu, la visite du monsieur par qui l’engrais pour les cultures (la chaux agricole ‘’faranoko’’) a révolutionné l’agriculture au Mali, n’a pas été veine. Il est allé s’inspirer des techniques chinoises de rendements des produits agricoles. Ce séjour de M. Diawara est d’autant plus justifié qu’il entend accentuer le rendement à l’hectare des produits agricoles au Mali.

En effet, après le succès incontestable de la chaux agricole (faranoko) de l’usine stones, grâce a laquelle ils ont doublé le rendement de tous les produits agricoles de notre pays à savoir : le mil, le maïs, le riz et du coton pour ne citer que ceci, au plus grand bonheur des paysans Maliens qui l’on adoptés et malgré cette avance agricole innovante avec ses résultats palpables, M. Diawara se dit insatisfait car selon leurs recherches, « beaucoup de pays asiatiques qui ont du reste des sols et des climats moins propices au nôtres ont des rendements meilleurs ».

A-t-il cité l’exemple le plus frappant : celui de la Chine qui fait 6 tonnes de coton graine à l’hectare. « Ce qui a permis à la Chine d’être le deuxième grand producteur de coton au monde avec 15 millions de tonnes de coton graine par an devant les Etats-Unis d’Amérique qui sont à 11 millions de tonnes de coton graine par an ». Pour le jeune operateur économique « Cela nous interpelle quand nous comparons ces chiffres à ceux du Mali parmi les premiers producteurs en Afrique et qui recherche désespérément les 700 000 tonnes de coton graine par an avec un rendement moyen de 1 tonne à l’hectare. Cela montre à suffisance que nous avons encore du chemin à faire ».

Ainsi donc, pour aller confronter cette réalité, comprendre les raisons ou du moins la technique utilisée par les paysans chinois pour atteindre ce résultat (6 tonnes à l’hectare), qu’il s’est retrouvé aux fins fonds de la Chine jusque dans les champs.

« Ici après une semaine de fructueuses échanges avec les paysans et les experts chinois jusque dans leurs champs, j’ai appris et je me suis mieux outillé et prêt à partager cette expérience avec les paysans maliens à travers cette aventure qui nous lient désormais afin d’augmenter le rendement pour avoisiner celui des chinois et améliorer leurs revenus tout en maintenant les mêmes dépenses pour les paysans », s’est-il félicité.

Ce faisans, tout sera donc prêt pour la campagne agricole 2020- 2021, afin « de tester les résultats des nouvelles techniques conquises en Chine », a promis Ibrahim Diawara.

Mamadou Sidibé
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.