• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Droits de l’Homme : Les organisations de défense à la rencontre du Ministre Kassoum Tapo

    samedi 2 décembre 2017 , par Assane Koné

    Le ministre des droits de l’homme et de la réforme de l’État, Me. Kassoum TAPO a rencontré, lundi 27 novembre 2017, les membres des institutions et organisations de défense des droits de l’homme. Parmi eux, on a noté la présence de l’avocate Me Soyata Maiga, la toute nouvelle présidente de la commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP).

    Le dialogue interactif entre le ministre et les institutions et organisations de défense des droits de l’homme a porté sur 4 points pertinents : la situation des droits de l’homme au Mali, la traite des migrants, les résolutions de la 61 ème session de la CADHP et la participation de notre pays à l’examen périodique universel.

    Au cours de cette rencontre, l’occasion était donc bonne pour le ministre Tapo de saluer et de remercier, au nom du Président de la République, du Premier Ministre et les autres membres du Gouvernement, l’avocate Soyata Maiga pour sa brillante élection à la tête de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. « L’élection de l’avocate Me Soyata Maïga est un honneur, une chance pour notre pays et, de son côté c’est une récompense, un parcours de reconnaissance. Elle est une fierté pour le pays », a-t-il ajouté.

    Parlant des axes de la rencontre, le ministre et ses hôtes ont estimé d’abord que la situation des droits de l’homme au Mali s’explique aujourd’hui par l’insécurité au sahel qui constitue une source de grande préoccupation pour notre pays et ses voisins. Selon eux, cette situation représente, à tous égards, une menace réelle pour la paix et la sécurité régionales et internationales. Elle est surtout marquée par le terrorisme, l’extrémisme violent et autres formes de crime transnational organisé, y compris les trafics de drogues, d’armes, de personnes qui engendrent les violations graves et massives des droits de l’homme." ont- ils précisé.

    Ils ont ensuite parlé du compte rendu sommaire de la 61eme session de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples, ténue du 1 er au 15 novembre 2017 à Banjul, en Gambie. La commission a , au cours de cette 61eme, adopté plus d’une quinzaine de résolutions pouvant mieux coordonner les actions des droits de l’homme en Afrique dont une résolution portant sur le renouvellement du mandat du groupe de travail sur les industries extractives, l’environnement, et les violations de droits de l’homme en Afrique ; ou encore une résolution portant sur le renouvellement du mandat du comité sur la protection des droits de personnes vivant avec le VIH, des personnes à risque et vulnérables au VIH.

    Le 3eme axe a concerné la préparation de la participation du Mali à l’Examen Périodique Universel (EPU) dans lequel, le Mali présentera son 3eme rapport national devant le conseil des droits de l’homme le 16 janvier 2018.

    Enfin, le dernier point a fait écho sur les allégations de la traite des migrants en Libye. Une situation qui fait d’ailleurs l’actualité depuis plusieurs semaines. Le ministre et ses collaborateurs ont alors amendé et adopté un communiqué conjoint qui sera publié dans le strict respect des droits de l’homme et pour dire non à l’esclavage des humains en Libye.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce