Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Déclaration de la Plateforme « Antè A Bana, touche pas à ma constitution » : « Leur constitution, la constitution d’IBK et de Tapo n’est la nôtre »

samedi 15 juillet 2017

« La mobilisation de ce jour est un autre signal fort, très fort, un carton rouge au président de la République, au gouvernement et au Ministre de la Réforme de l’État qui sont allés chercher à l’étranger une constitution qu’ils voudraient substituer à celle adoptée par le peuple souverain du Mali au lendemain de la conférence nationale de toutes les forces vives du pays ! ». La déclaration a été faite lors de la grande marche du 15 juillet 2017, organisée à Bamako par la Déclaration de la Plateforme « Antè A Bana, touche pas à ma constitution » et qui a mobilisé centaines de milliers de personnes. Lisez la déclaration !

DÉCLARATION DE LA PLATEFORME AN TÈ, A BANNA-TOUCHE PAS MA CONSTITUTION (À l’issue de la marche du 15 juillet 2017)

Chers camarades défenseurs de la constitution démocratique de 1992,
Je salue les sentinelles de la dignité malienne que vous êtes !
Salut à toutes celles et à tous ceux qui résistent aux tentatives d’asservissement de notre peuple !
Salut mes sœurs, salut mes frères, hourra compagnons, honneur à vous, vous êtes la fierté de notre peuple !

Ce samedi 15 juillet est un autre jour historique dans la longue lutte du peuple malien pour la dignité, la justice sociale et la démocratie.

La marée humaine de ce jour est le témoignage éloquent de la détermination des forces vives du Mali à combattre le mépris, l’arrogance, l’autisme et les tentatives d’instaurer dans notre pays un pouvoir personnel rétrograde.

La mobilisation de ce jour est un autre signal fort, très fort, un carton rouge au président de la République, au gouvernement et au Ministre de la Réforme de l’État qui sont allés chercher à l’étranger une constitution qu’ils voudraient substituer à celle adoptée par le peuple souverain du Mali au lendemain de la conférence nationale de toutes les forces vives du pays !

Leur constitution, la constitution d’IBK et de Tapo n’est la nôtre.

Notre constitution a été écrite avec le sang du peuple. Leur constitution a été écrite avec l’encre de l’argent du peuple par.....des juristes étrangers. Ils ont osé, oui, ils ont osé !

Dans le mépris de la dignité du Mali !

Soundiata Keïta, Soni Ali Ber, Sékou Ahmadou Barry, Biton et Damonzon, El Hadj Omar, Samory Touré, Mamadou Lamine, Tiéba et Babemba, Firhoun Ag Alinsar, Kaocen, Komi Diossé, Banzani Théra, Cheikhna Hamallah, Alla Ag Albachar, Mamadou Konaté, Modibo Keïta, réveillez-vous, la dignité malienne est piétinée

IBK, son parti, son gouvernement et son Ministre veulent imposer leur constitution à notre peuple.

L’accepteriez-vous ? NON, NON ET NON ! Nous ne l’accepterons pas !

Je sais que vous ne l’accepterez pas !

Pour parvenir à leurs fins, pour parvenir à leurs fins, ils ont osé déclarer que "l’insécurité était résiduelle" et que l’autorité de l’État malien s’exerçait partout de Kidal à Kayes en passant par Douentza, Mopti, Ténenkou, Macina et Ségou.

Ils déforment les faits et chaque jour, la réalité les rattrape.

La guerre d’Anéfis, l’embuscade meurtrière contre nos chers FAMAS à Ménaka, les attaques contre les postes de gendarmerie dans tout le centre, les 100 coups de fouet infligés aux agents municipaux à Korienzé, les tribunaux islamiques, les humiliations subies par les chefs de villages et les notables dans les cercles de Ténenkou et de Youwarou, le drapeau national descendu, plié et rangé à Kouakourou ( Djenné), c’est bien entendu de "l’insécurité résiduelle" !!!

Les 600 morts de janvier à juillet, c’est de "l’insécurité résiduelle" !!!

Les 500 écoles fermées, les centaines d’enseignants abandonnant leurs postes, c’est de "l’insécurité résiduelle" !!!

Les dizaines de sous-préfets fuyant leurs postes, c’est de "l’insécurité résiduelle" !!!

Le message envoyé au président de la République de la mi-juin à la mi-juillet au Mali et dans notre vaillante et digne diaspora est clair, très clair :

"Monsieur le président, votre constitution n’est pas la constitution du peuple, retirez votre projet, renoncez à cette révision constitutionnelle" !

Respectez les droits démocratiques du peuple malien : respectez la liberté de réunion, respectez le droit de manifestation, respectez la liberté d’expression et le droit à l’information.

Cessez de harceler et de museler les radios et télévisions libres qui sont soumises à des sanctions administratives et financières qui n’honorent pas la démocratie

Cessez les attaques contre Facebook et les autres réseaux sociaux

Libérez l’information !

Monsieur le président, libérez l’ORTM et mettez fin à l’information à sens unique !
Camarades,

Continuons le combat, continuons ce combat démocratique, continuons cette mobilisation jusqu’à la victoire finale.

La victoire finale, c’est le retrait pur et simple du projet IBK-TAPO-CECCALDI !

Vive la constitution de 1992 !
Vive la démocratie !
Vive le Mali !
Abas le pouvoir personnel !
Abas la dictature !

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en