Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Congrès des Radiologues d’Afrique : Bamako abrite le rendez-vous de 2017

mardi 7 mars 2017

En prélude au 3ème Congrès des Radiologues d’Afrique noire francophone (SRANF), couplé au 2ème Congrès de la Science d’imagerie médicale (SOMIM), prévu du 1er au 4 mars 2017 à l’hôtel Salam de Bamako, la Commission d’organisation a échangé avec les journalistes sur les enjeux de ces évènements. C’était mercredi dernier à la Maison de la presse de Bamako, sur le thème : « L’imagerie au cœur du droit à la santé ».

Cette conférence de presse était animée par le vice-président du SOMIM, Amadou SOW, qui avait à ses côtés le Dr Salia COULIBALY, secrétaire général de la SOMIM, du Dr Mody Abdoulaye CAMARA, membre de la commission d’organisation.

Selon les conférenciers, cette rencontre avec la presse a pour but d’informer l’opinion nationale, particulièrement les professionnels de la santé sur la tenue desdits congrès dans notre pays, leurs objectifs et enjeux.

Ainsi, les membres de la commission d’organisation ont profité de cette tribune pour lancer un appel aux plus hautes autorités du pays pour leur plus grande implication.

Selon le principal conférencier, Dr Amadou SOW, l’édition de 2017 regroupera près de 250 participants, venant de la Belgique, de la France, du Maghreb et d’Afrique noire.

Aussi, ont-ils révélé, le coût de l’organisation est estimé à 104 millions de FCFA. Et au total, 22conférenciers sont attendus à Bamako pour l’occasion, où ils animeront 8 ateliers, avec130 communications.

Par ailleurs, ont fait savoir les conférenciers, depuis l’année dernière, le Congrès des Radiologues est devenu annuel. Cela en s’inspirant de la Société française de la radiologie à laquelle bon nombre de radiologues maliens et africains francophones sont affiliés.

Selon les conférenciers, le Mali accueille l’évènement après 16 ans d’attente.

Pour le vice-président de la SOMIM, le Dr Amadou SOW, non moins commissaire scientifique du congrès, ce rendez-vous des Radiologues d’Afrique noire francophone de Bamako permettra surtout aux chercheurs maliens de bénéficier de l’expérience des spécialistes qui viendront d’horizons différents, à travers des conférences, panels sur la radiologie internationale, pour combler le déficit de formation auquel ils sont souvent confrontés.

A son avis, l’imagerie médicale occupe une place prépondérante dans la médecine moderne. Ce qui a fait dire au Dr SOW : « il n’y a pas de médecine sans imagerie ».

Pour lui, le Mali n’est pas resté en marge de l’évolution de l’imagerie médicale. Pour preuve : il est l’un des 1ers pays à utiliser la numérisation, rappelle Dr Salia COULIBALY.

La Société malienne d’imagerie médicale, faut-il souligner, est une structure savante regroupant une dizaine de radiologues et d’imagistes officiant dans les secteurs privés et publics.

Aujourd’hui, le nombre de professionnels dans le domaine de la radiologie au Mali, est estimé à plus de 150 personnes, indiquent les conférenciers.

Créée en 2000, le bureau de l’organisation compte 7 membres, dirigés par le Pr Siaka SIDIBE de l’Hôpital du Mali.

Par Zié OUATTARA

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en