Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Coalition Mondiale de l’eau Agricole au Sahel : Dr Nango Dembélé, ministre coordinateur du CILSS a approuvé le Cadre stratégique

mardi 15 août 2017

Le 14 août 2017, à l’issue d’une séance de travail avec une délégation du CILSS, conduite par Dr Djimé ADOUM, Secrétaire Exécutif, Dr Nango DEMBELE, ministre de l’Agriculture du Mali et ministre Coordonnateur du CILSS, a signé le document « Cadre stratégique pour l’eau agricole au Sahel ».

En plus du secrétaire exécutif du CILSS, la séance de travail a enregistré la participation du Directeur général de l’INSAH, du représentant de la Banque mondiale et du représentant de la BAD. La séance de travail a été marquée par deux faits majeurs : La présentation des conclusions de la rencontre sur la Coalition Mondiale sur l’Eau au Sahel (CMES) en décembre 2016 à Ouagadougou et la signature solennelle de la préface du document Cadre stratégique de l’Eau Agricole au Sahel (CSEAS), par le Ministre Coordonnateur.

Cette séance de travail était importante parce qu’elle permet à la Coalition Mondiale sur l’Eau au Sahel d’impulser un élan à l’opérationnalisation de la feuille de route, à travers l’établissement du secrétariat de la Coalition au CILSS et la sensibilisation des Etats. C’est aussi le feu vert pour l’édition du document du Cadre stratégique de l’Eau Agricole au Sahel (CSEAS) et le démarrage du processus de sa dissémination.

Michel Rogy, représentant-résident par intérim de la Banque Mondiale au Mali, a rappelé que cette signature du Cadre stratégique pour l’eau Agricole au Sahel, est la conclusion du processus lancé suivant le Forum de Haut niveau sur l’irrigation au Sahel qui s’est tenu à Dakar en octobre 2013. « Ce Forum s’est conclu par une Déclaration ambitieuse portée par les six Etats ainsi que par l’ensemble des partenaires présents constituant la Task Force pour l’initiative irrigation au Sahel », a-t-il indiqué. Avant de révéler que cette Task Force a été mandatée pour préparer un programme d’action de mise en œuvre des recommandations contenues dans la déclaration de Dakar et de permettre aux six pays d’atteindre un million d’hectares irrigués grâce à une irrigation performante insérée dans des filières compétitives, au service d’un développement respectueux de l’environnement et socialement harmonieux.

Il a rappelé que pour appuyer les travaux de la Task force, la banque Mondiale a mobilisé des fonds du Water partnership program. Selon lui, ces fonds ont permis d’aboutir à la rédaction du Cadre stratégique.

« La Banque mondiale consciente des enjeux qui se posent en matière de développement rural au Sahel, est désireuse d’apporter tout son soutien à la mise en œuvre du Cadre stratégique », a-t-il annoncé. Avant de préciser que la Banque Mondiale souhaite poursuivre son engagement aux côtés des six pays pour la mise en œuvre de l’initiative à travers un projet d’investissement régional.

Pour sa part, le ministre malien de l’agriculture et ministre coordinateur du CILSS, a rappelé que la production agricole au Sahel est essentiellement tributaire des aléas climatiques et handicapée par la fluctuation des précipitations avec comme conséquence, la forte vulnérabilité des populations rurales face aux différentes crises alimentaires et nutritionnelles.

Pour cela, il a estimé que l’initiative pour l’irrigation au Sahel, découle d’une vision où la faim au Sahel ne devra plus être une fatalité puisqu’une agriculture irriguée performante et durable est possible.

Il a aussi rappelé que l’objectif de l’initiative est de porter les superficies avec maîtrise de l’eau agricole à 1 million d’hectares dans les six pays du Sahel, tout en assurant la viabilité, la performance et la durabilité environnementale des systèmes irrigués existants et futurs ainsi que le développement agricole connexe. « Le Mali s’est engagée à assure l’aménagement d’au moins la moitié des superficies », a-t-il révélé.

Pour ce faire, il dira que le mali a créé en 2015, l’Agence d’aménagement des terres et de fourniture de l’eau d’irrigation (ATI).

Il a encouragé le CILSS à poursuivre avec diligence la mise en œuvre de la feuille de route pour l’opérationnalisation de la Coalition Mondiale sur l’eau agricole au Sahel et le démarrage du programme Initiative pour l’irrigation au Sahel (SIIP).

Après avoir invité les partenaires techniques et financiers à se mobiliser pour la croissance et la résilience de la région Sahélienne en améliorant la compétitivité de l’agriculture irriguée et en augmentant sa valeur ajoutée dans le développement agricole des pays concernés, Dr Nanga Dembélé a déclaré : « Ce serait donc avec un très grand plaisir, que j’apposerai mon paraphe au préambule du document ‘’ Cadre stratégique pour l’eau agricole au Sahel’’ ».

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !