Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Cité des Enfants : Une salle des plénières indigne des enfants du Mali

lundi 15 octobre 2018

Quand un pays décide de marcher à reculons, aucun développement n’est possible. Le Mali, le Maliba qui va devant selon certains propos, n’a-t-il pas en réalité décidé d’entamer et de façon douloureuse et inexorablement sa longue marche à reculons ? Quel est ce pays où aucune fondation ne tienne pendant quelques années ? Quel est ce pays, où pratiquement tout est à refaire et à chaque fois où à chaque étape de son existence ? Et, où il n’y a pas d’acquis ? Nous vous invitons à faire un tour à la Cité des Enfants, pour comprendre la pertinence de ces questions.

Comment comprendre que la Cité des Enfants, longtemps considérée comme l’engagement des autorités de ce pays à enfin prendre à bras le corps le sempiternel problème d’épanouissement de l’enfant malien est en passe de devenir l’ombre d’elle-même ? Comment comprendre et surtout comment accepter que d’année en année, le seul espace qui devait être le paradis des enfants maliens, subisse une dégradation à vous couper le souffle, sans que personne ne réagisse ?

A la faveur de la célébration de la 7ème Journée Internationale de la fille, le 11 octobre 2018, il nous a été donné de constater la dégradation avancée de la Cité des Enfants, notamment la salle des plénières du Parlement des Enfants. Aujourd’hui, sans risque de se tromper, l’on peut soutenir sans coup férir que ce joyau d’antan n’est pas aujourd’hui digne de l’enfant malien, à plus forte raison d’être le siège du parlement de tous les enfants du Mali, nos enfants que nous devons en principe tant chérir.

Quand vous arrivez à la Cité des Enfants, il ne faut pas vous méprendre. Les beaux arbres à la devanture, ont tendance à cacher la malpropreté des locaux et le manque d’initiatives à faire de cet endroit un véritable espace où la nature doit régner en maître. Avec un peu de bonne volonté, l’installation d’un système d’arrosage solaire pourrait aider à faire pousser une pelouse verdoyante qui allait protéger cet endroit de cette poussière rougeâtre qui agresse le visiteur dès son arrivée. Bon, l’on nous dira que les moyens fonds défaut pour une telle initiative. Mais, l’on pourra difficilement, nous convaincre que le manque d’entretien de la salle des plénières du Parlement des Enfants, est motivé par un manque de moyens.

14 climatiseurs qui ne servent à rien

Aujourd’hui, la salle principale du Parlement des Enfants, est en état avancé de dégradation. Malgré les 8 climatiseurs accrochés aux murs et les 6 climatiseurs armoires installés de part et d’autre de la salle, une chaleur torride étouffe les usagers. Et, du coup cette salle mal entretenue, avec la poussière sur pratiquement tous les murs et tous les espaces, devient une source de maladies pour tous ceux qui décident de s’y éterniser.

Bon, en réalité, les climatiseurs ne sont pas en bon état. Allumés, les 14 climatiseurs n’arrivent pas à refroidir cette salle qui n’est pas exceptionnellement grande. Et, nous croyons que ce dispositif de froid souffre d’un manque criard d’entretien. A moins qu’une voix autorisée veuille nous soutenir le contraire. Cela est d’autant plus difficile à faire, que convaincus de la défectuosité du matériel, toutes les dispositions sont prises pour ouvrir les quelques fenêtres situés à au moins 6 à 10 mètres du sol.

La peinture défraichie des locaux, donne l’impression d’une salle abandonnée. Les ventilateurs au plafond tournent pratiquement au ralenti lorsqu’ils acceptent de se mettre en marche. Et, du coup « La bienvenue à la Cité des Enfants » calligraphiée par la technique du bogolan sur un tissu qui a l’aspect d’un vestige colonial et mal accroché au bas de l’estrade qui sert de scène, peut être considérée comme une moquerie. Comment peut-on souhaiter la bienvenue à quelqu’un de sensé dans un tel capharnaüm ? Et, quand l’usager de la salle n’a pas fini de digérer sa colère face à un tel accueil, il recevra un coup de semonce, lorsqu’il commettra l’erreur de lever la tête et de lire en haut « travailler avec les enfants, c’est la joie au quotidien », sur une banderole qui doit se trouver une place dans les vieilleries d’un musée abandonné.

Que dire du côté des toilettes ? Attention, prenez toutes vos dispositions avant d’y mettre les pieds. Vous n’y avez pas le droit de satisfaire vos besoins naturels. Trois des quatre toilettes sont fermées à clef, sûrement pour des usages privés. Et, la seule toilette ouverte vous coupe toute envie de…

L’on pourra nous rappeler qu’un effort est fait pour doter la Cité des Enfants de nombreux espaces de jeux. Effectivement, si tous ces jeux devenaient fonctionnels, la Cité des Enfants pourra être un véritable pôle d’attraction pour les enfants de Bamako. Mais, nous pensons et nous disons qu’en plus de sa fonction ludique, la Cité des Enfants ne doit jamais oublier sa fonction pédagogique. La Cité des Enfants doit se donner les moyens d’être un endroit où aucun usager n’aura le courage de jeter un sachet d’eau usager par terre. Et, pour cela, il faut que la propreté et l’aménagement des lieux l’impose à chacun et à tous. Les enfants maliens qui auront la chance de mettre les pieds dans ce qui devait être considéré comme leur paradis, doivent en ressortir avec la conviction que l’on doit s’occuper de son environnement, en le préservant de certains comportements.

Mais, hélas, la démarche qui doit amener ce changement de comportement, n’est pas pour demain. Et, la situation de la Cité des Enfants doit interpeller le Ministère de la promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, en premier lieu. Mais, elle est de nature à interpeller toutes les Organisations et ONG qui interviennent dans le domaine de la promotion et de la protection des droits des enfants, afin que les uns et les autres se donnent la main pour faire en sorte que la Cité des Enfants soit digne de l’enfant malien.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en