Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Centre de vote de Badalabougou II : Les cartes d’électeur non retirées ont tardé à arriver

dimanche 29 juillet 2018

« Je suis le coordinateur. Je ne peux prendre aucune décision. Je réceptionne seulement le matériel de vote. Chaque président est responsable de son bureau de vote », la déclaration a été faite par Moussa Traoré coordinateur du centre de vote n° II de Badalabougou.

L’élection présidentielle du 29 juillet 2018 à Badalabougou, dans le centre de vote N° II, s’est déroulée normalement. Cependant, des difficultés ont été enregistrées au niveau de la non disponibilité des cartes d’électeurs qui n’ont pas été retirées avant la date de l’élection.

Moussa Traoré, coordinateur du centre de vote n° II de Badalabougou, a déclaré que depuis l’ouverture des bureaux de vote, tout se déroulait bien à part la non disponibilité des cartes d’électeurs non retirées. Il accuse la Mairie qui ne les a pas envoyées à temps. « Pour pallier à cette difficulté, j’ai parlé avec le maire. Il a mis en demeure son secrétaire général de nous envoyer les cartes à l’heure qui suit », a-t-il dit. Avant d’indiquer qu’au niveau de son centre, il y a 11 bureaux de vote. Selon lui, tous les bureaux de vote ont été ouverts exactement à l’heure indiquée.

Le coordinateur a estimé que le nombre des électeurs dans chaque bureau de vote, varie entre 500 et 550. Pour le bon déroulement du vote dans son centre, il a souligné que toutes les dispositions étaient prises. Selon lui les assesseurs qui étaient absents ont été remplacés. Il a révélé que les électeurs ne sont pas sortis en nombre. Et, pour cela, il ne pouvait qu’espérer que les électeurs allaient prendre d’assaut son centre de vote pendant les heures suivantes.

Aussi, il a constaté que l’année 2013, il avait un vrai engouement chez tous les maliens pour aller voter. Au moment, où il a parlait, il a indiqué que le taux de participation ne dépassait pas les 30%. Pour cela il a demandé aux électeurs munis de leurs cartes d’électeurs de sortir massivement pour voter. Selon lui c’est une affaire d’Etat, qui concerne tous les maliens.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !