Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Campagne « Mon lait est local » : Les acteurs maliens veulent une unité moderne de transformation et de conditionnement du lait

samedi 8 juin 2019

Dans le cadre de la Journée Mondiale du lait, la Campagne « Mon lait est local » a organisée le 2 juin 2019, une rupture collective du jeune de Ramadan à l’intention des organisations membres au Mali. C’était à l’hôtel Wassoulou et en présence du Directeur adjoint de Oxfam qui assure le secrétariat du Comité de Pilotage de la campagne.

« Le 1er juin 2018, dans 6 pays de la région (le Burkina-Faso, le Mali, le Niger, le Sénégal, la Mauritanie et le Tchad), nous avons lancé la campagne ‘’Mon lait est Local’’. Et, le 1er juin 2019, nous sommes heureux de célébrer notre 1er anniversaire, d’autant plus que nous sommes satisfaits du chemin parcouru en un an », a indiqué Yaya Touré de Oxfam. Selon lui, c’est dans le cadre de la commémoration de cet anniversaire que la Coalition nationale de la campagne « Mon lait est local » du Mali, a décidé d’organiser cette rupture collective du jeune dans le cadre du mois de Ramadan, à l’Hôtel Wassoulou. Il dira que le choix de l’hôtel Wassoulou n’est pas fortuit, du moment qu’il est la propriété de la célèbre artiste Oumou Sangaré, une des ambassadrices de la Campagne « Mon lait est local » en Afrique de l’Ouest.

Absente lors de cette cérémonie, Oumou Sangaré a été représentée par Adama Doumibia, le gérant de l’hôtel Wassoulou. Et, au nom de l’ambassadrice de la campagne « Mon lait est local », il a souhaité la bienvenue à tous les invités.

Au nom des revendeuses de lait de la Commune 6 du district de Bamako, Mme Assa Coulibaly a salué l’initiative de cette campagne qui va à terme valoriser les filières lait dans les différents pays de l’Afrique de l’Ouest et créer de la richesse, mais surtout participer à la sécurité alimentaire de façon pertinente.

Pour sa part, Moussa Diabaté, Coordinateur de CAP-DEMESO, a rappelé qu’il y a un an qu’ils se mobilisaient à travers toute l’Afrique de l’Ouest et le Tchad pour lancer la campagne « Mon lait est local » afin de faire la promotion de la consommation du lait local. Selon lui, un an après, l’on peut saluer le bilan satisfaisant des activités qui ont été menées.

Cependant, il a estimé que ce n’est pas le moment de croiser les bras. « Il faut que tous les acteurs se mobilisent en Afrique de l’ouest pour pousser nos politiques à nous accompagner dans la réalisation de notre objectif de faire consommer le lait local à nos populations pour le développement de notre économie et pour la sécurité alimentaire », a-t-il indiqué.

Du côté du Mali, il a salué le soutien des autorités qui donnent l’espoir de voir dans un an une usine de transformation et de conditionnement du lait local. Il a profité de l’occasion pour saluer l’ONG internationale Oxfam qui ne lésine pas sur les moyens pour les soutenir dans le plaidoyer pour la promotion du lait local. Mais, qu’à cela ne tienne, il a invité tous les acteurs maliens qui sont pour la promotion du lait local à rejoindre la coalition nationale, afin qu’ils se donnent la main pour amener les autorités à concrétiser leur promesse de construction d’une usine. « Nous souhaitons célébrer le 2ème anniversaire de la Campagne ‘’Mon lait est local’’ dans les locaux de la future usine », a-t-il déclaré.

En sa qualité de Directeur adjoint de Oxfam au Mali, Jackson Acha Atam, est intervenu pour venter les mérites du lait local. « Le lait produit chez nous en Afrique est de meilleure qualité », a-t-il déclaré. Avant de rappeler que sa structure à une expérience d’au moins 30 ans dans l’accompagnement des organisations paysannes et des acteurs de la société civile pour la promotion des productions locales. Selon, lui, cette expérience sera mise à la disposition de la promotion du lait local, afin que les acteurs de la filière puissent joindre les deux bouts, mais aussi afin que le lait de bonne qualité produit chez nous puisse contribuer à la sécurité alimentaire à hauteur de souhait.

Il a profité de cette cérémonie pour rendre hommage à Oumou Sangaré et pour saluer l’engagement de l’ambassadrice de la campagne « Mon lait est local ». Selon lui, elle soutient à hauteur de souhait toutes les initiatives de la campagne au Mali et en Afrique de l’ouest.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.