Version imprimable de cet article Version imprimable | |

CULTURE DE L’OR BLANC : Baba Berthé fait filer du mauvais coton à l’état malien

mardi 16 juin 2020

Par la faute personnelle de Baba Berthé, PDG de la CMDT, le Mali doit aujourd’hui dire à dieu à la prévision de production de 820 000 tonnes de coton pour la campagne 2020/2021. Selon des experts du monde paysan, toutes les conditions sont aujourd’hui réunies pour que le Mali n’atteigne même pas une production de 500 000 tonnes. Quel gâchis ?

Dans un jeu insensé de cache-cache avec les vrais cotonculteurs maliens, Baba Berthé, PDG de la CMDT, est en passe de réussir sa mission de sabotage de la production nationale de coton graine. Comme s’il était employé par l’état malien pour nuire aux intérêts du Mali, Baba Berthé, PDG de la CMDT, est et restera le seul responsable de la contre-performance de notre pays en matière de production cotonnière à l’issue de la campagne 2020/2021. Et, pour cause : Il a très mal géré la crise de la diminution du prix du kilogramme du coton sur le marché international.

Comme s’il se reprochait quelque chose, Baba Berthé n’a jamais voulu traiter de cette question cruciale avec les vrais interlocuteurs que sont les véritables cultivateurs du coton. Il a fait le dangereux choix de s’accoquiner avec des responsables d’organisations paysannes suffisamment décriés par le monde paysan depuis l’arrestation de Bakary Togola, dont certains n’ont même pas un millimètre de champ de coton. Et, comme, il fallait s’y attendre la tournée de sensibilisation initiée par le PDG de la CMDT, partout au Mali, a été un échec. Il s’est vu opposer un niet catégorique de la part des cotonculteurs.

Aujourd’hui, la question que l’on se pose est celle de savoir : comment Baba Berthé, originaire d’une zone de production de coton, a pu penser que ses parents paysans allaient accepter, sans broncher, de cultiver le coton avec le prix de 200 FCFA par kilogramme pour la campagne 2020/2021, contre 275 FCFA la campagne précédente. Surtout que l’état n’est plus chaud à s’engager dans la subvention du prix de l’engrais (une autre grosse erreur sur laquelle nous allons revenir).
En se cramponnant à vouloir, coûte que coûte, imposer le prix de 200 FCFA le kilogramme de coton aux producteurs maliens, avec un bonus de 15 FCFA par kilogramme après production, la CMDT et les leaders décriés ont fait perdre à notre pays un temps précieux que nous allons regretter au moment venu.

Et, du coup, la décision prise le 7 juin 2020, par le Premier Ministre Boubou Cissé de mettre à la disposition des cotonculteurs, à titre exceptionnel, une subvention de 35 milliards de francs CFA se traduisant par un bonus de 50 FCFA sur le prix de chaque kilogramme de coton graine produit et vendu à la Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT), est aujourd’hui perçue par le monde paysan comme l’action d’un médecin après la mort.

Si dans les documents, les experts de la CMDT estiment qu’on peut cultiver le coton jusqu’au 20 juillet, dans la pratique, aucun paysan consciencieux ne va s’hasarder à semer le coton au-delà du 20 juin. En tout cas dans la zone de Koutiala qui reste l’épicentre de la production malien de coton.

La nouvelle proposition d’octroyer, même tardive de l’Etat malien, à titre exceptionnel, une subvention de 35 milliards de francs CFA qui se traduira par un bonus de 50 FCFA sur le prix de chaque kilogramme de coton graine produit et vendu à la Compagnie Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT), semble aiguiser l’appétit de certains producteurs. Mais, le gros lot des cotonculteurs reste tout de même hésitant car selon eux le prix de l’engrais à 18 000 FCFA les 50 Kg, est de nature à ne pas encourager l’activité.

Cette hésitation, ajoutée au grand retard accusé dans l’installation des champs, sont en passe de faire perdre au Mali sa production de 820 000 tonnes annoncée. Déjà, des experts du secteur pensent que le Mali ne pourra pas atteindre les 500 000 tonnes cette année.

Et, pour qui sait que l’économie malienne est fortement dépendante de l’agriculture, notamment de la production du coton qui occupe plus de 4 millions de la population, l’on est en droit de se demander à quel jeu joue Baba Berthé, PDG de la CMDT. Ne sommes-nous pas face à un programme de sabotage planifié et exécuté avec un sang-froid de main de maître ?

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav