Version imprimable de cet article Version imprimable | |

CENTRE DU MALI : Les représentants de l’Etat vont-t-ils abandonner les populations ?

mercredi 19 juin 2019

Dans le Centre du Mali, les représentants de l’Etat que sont les Préfets et Sous-préfets et autres administrateurs vont-t-ils abandonner les populations ? Aujourd’hui, cela ne fait l’objet d’aucun doute. Les populations civiles seront abandonnées à leur propre sort par les administrateurs de l’Etat.

« Le CEN-SYNAC et le SYLIMAT appellent tous les représentants de l’Etat du Centre à rejoindre la région de Mopti ou les localités sécurisées les plus proches ». Telle est la substance d’un communiqué conjoint diffusé par les deux syndicats des administrateurs civils du Mali, le 17 juin 2019.

Décidément, le bateau Mali prend de l’eau de toute part. Et, l’on a tendance à d’espérer tant les actes et actions décourageantes se succèdent de jour en jour. Depuis quelques années, chaque jour que dieu fait, il y a des êtres humains qui sont sauvagement tués quelque part sur le territoire malien. Et, un grand doute commence à s’installer sur la capacité de l’Etat à assurer la sécurité des populations et de leurs biens. Dans le centre du pays, la messe semble être dite. Personne ne se fait une illusion. Et, l’option de fuir leur terroir devient la seule alternative qui s’offre à de nombreux maliens pour aller vivre en réfugiés dans des pays limitrophes ou en déplacés vers d’autres contrées jusque-là encore à l’abri de la barbarie humaine.

Aujourd’hui, sans risque de se tromper l’on peut dire que même les administrateurs civils, représentants de l’Etat, ont décidé de décamper. En tout cas dans un communiqué conjoint, les Comités exécutifs nationaux du Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) et du Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’administration territoriale (SYLIMAT), ont décidé de sonner le tocsin.

Sans ambages, ils ont appelé tous les représentants de l’Etat du Centre à rejoindre la région de Mopti ou les localités sécurisées les plus proches.

Et, pour prendre cette décision à graves conséquences, ils ont tenu une réunion extraordinaire le 15 juin 2019 sur la situation sécuritaire des représentants de l’Etat de la région de Mopti.

Partant du constat de la dégradation de la situation sécuritaire des représentants de l’Etat de la région de Mopti, les deux syndicats ont décidé d’informer l’opinion publique sur le fait que les représentants de l’Etat né bénéficient d’aucun dispositif adéquat de sécurité dans l’exercice de leur fonction.

Face à une telle situation, ils ont décidé de rappeler que l’Etat a l’obligation légale de protéger ses représentants contre les attaques dont ils peuvent faire l’objet dans l’exercice de leur fonction. Aussi, en se basant sur le fait que les syndicats ont également la mission de protection de leurs militants, ils ont pris acte de la déclaration des plus hautes autorités, relative au désarmement des milices du centre. Mais, en attendant ce désarment et la mise en place d’un dispositif adéquat de protection, les deux syndicats ont invité leurs militants à se mettre à l’abri en lieu sûr.

Cette « fuite » des administrateurs civils ne sera-t-elle pas le coup d’envoi d’un départ massif des populations ?

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de