Version imprimable de cet article Version imprimable | |

CANAM : Un budget 2018 équilibrés à plus de 57 milliards de FCFA en dépenses et recettes

mercredi 28 février 2018

Le mercredi 28 février 2018 s’est déroulée au Conseil national du patronat du Mali les travaux de la 16ème session ordinaire du conseil d’administration de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM). La cérémonie a été présidée par Mamady Kané, Président du conseil d’administration. A cette occasion l’on a pu noter la présence du directeur général de la CANAM, des administrateurs et des acteurs concernés.

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM) responsable de la gestion du régime d’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), a l’instar des autres institutions de sécurité sociale, contribue à l’atteinte de l’objectif stratégique n°9 du plan décennal de développement sanitaire et social (PDDSS)2014-2023 à savoir : développer un système de financement permettant une meilleure mobilisation et d’utilisation des ressources financières pour la santé, une meilleure accessibilité aux services de santé qui incitent les prestations et les utilisateurs à être plus efficients.

C’est pourquoi au titre de l’année 2018, la CANAM envisage principalement de : poursuivre la mise en œuvre du système d’information intégré biométrique, de poursuivre la campagne d’enrôlement biométrique et de renforcer les opérations d’immatriculation de proximité, de mettre en œuvre des stratégies innovantes contribuant à l’amélioration des reversements par les OGB des cotisations de l’AMO à la CANAM, d’améliorer le parcours de l’assuré au sein des établissements conventionnés, de mettre en place un système de mangement de qualité en vue de la certification ISO 9001 version 2015, de poursuivre la mise en œuvre du plan de prévention et de lutte contre la fraude, de poursuivre et de renforcer le partenariat avec la presse pour une meilleure synergie de communication autour de l’AMO, de poursuivre l’extension progressive de l’offre de soins à travers le conventionnement avec les prestataires de soins privés, de poursuivre le renforcement des compétence et capacités du personnel par la mise en œuvre du plan de formation, de mettre en œuvre le plan de relance et renforcement des prestations de l’assurance maladie au sein des centres de santé communautaires conventionnées par la CANAM, d’optimiser le dispositif de l’assurance maladie obligatoire vers une couverture maladie universelle.

Les activités programmées selon le président du conseil d’administration s’articulent autour de trois résultats stratégiques : la gestion financière du secteur est améliorée, la couverture des populations par les systèmes de protection sociale a augmenté, les obligations de l’économie sociale et solidaire sont plus performantes.

Il a indiqué que le projet de budget qui sera soumis à l’approbation, toutes sources de financement confondues, se chiffre en recette et en dépenses à la somme de 57 011 500 000 FCFA contre 53 011 500 000 FCFA en 2017, soit une hausse de 7,55%. En ce qui concerne les dépenses, il dira qu’elles comprennent trois rubriques à savoir : les dépenses techniques, qui se chiffrent à 37 057 865 967 FCFA, soit 65% des dépenses totales contre un montant de 36 441 361 284 FCFA en 2017. Pour ce qui concerne les dépenses d’investissements et d’équipements, il a précisé qu’elles se chiffrent à 62 729 80000 FCFA, soit 1% des dépenses totales, contre un montant de 46 951 14 000 FCFA en 2017, soit une hausse de 33,61%. Les dépenses de fonctionnement se chiffrent à 13 680 654 033 FCFA, soit 24% des dépenses totales, contre un montant de 11 875024 716 FCFA en 2017, soit une hausse de 5,21%. Pour plus de précision, il dira que cette hausse est essentiellement due à l’augmentation occasionnelle des frais de personnels à titre de l’enrôlement pour la production des cartes biométriques et l’animation des espaces AMO.

Au cours de cette session les documents qui ont été soumis à l’approbation sont : le procès-verbal de la 16ème session ordinaire, l’état de mise en œuvre des recommandations de la 16ème session ordinaire, le procès-verbal de la 5ème session extraordinaire, l’état de mise en œuvre des recommandations de la 5èmesession extraordinaire, l’examen et l’adoption du programme d’activités 2018, l’examen et l’adoption du budget 2018.

Le Président du conseil d’administration a invité les acteurs à analyser sans complaisance avec la plus grande attention ces différents documents afin d’aboutir à des propositions de solutions correctrices dont leurs mise en œuvres permettra à la Caisse nationale d’assurance maladie, en partenariat avec les organismes gestionnaires délégués d’améliorer davantage les performances et le fonctionnement du régime de l’assurance maladie obligatoire.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques