Version imprimable de cet article Version imprimable | |

AMINATA D TRAORE : « Ce qui se passe dans le monde n’est pas un problème politique mais un problème de modèle économique »

lundi 24 décembre 2018

Dans le cadre de la commémoration de la journée internationale des migrants, le Forum pour un autre Mali (FORAM) a organisé le Mardi 18 décembre 2018, la 13ème édition de migrances au Centre Amadou Hampâté Ba (CAHBA). Cette édition était placée sous le thème : « Quel modèle économique pour garantir à la jeunesse un avenir durable et au Mali, la paix et la sécurité ? ».

La célébration de cette journée a permis au Foram de rendre hommage à la mémoire de ceux qui ont perdu la vie sur les chemins de la migration. Les conférenciers ont passé en revue les questions migratoires, fait le diagnostique du système économique mondial avant de proposer des solutions à ce phénomène.

Dans son exposé, Aminata Dramane Traoré, présidente du Foram, dira que les dominants (les pays développés, ndlr) ne veulent pas de contraintes sur des questions migratoires et climatiques. A l’en croire, l’économie planétarisée crée des inégalités ce qui doit pousser les uns et les autres à réexaminer la situation. « C’est ce modèle qui doit changer. On ne peut demander à un pays comme le nôtre d’aller sur le ring et se battre avec les mêmes armes que des pays qui nous ont dominés. Aujourd’hui, l’économie planétarisée qui crée des inégalités doit nous pousser à réexaminer notre logiciel », a-t-elle déclaré.

Selon l’ancienne ministre de la culture, les élections dans le monde ne serviront à rien, si les citoyens ne sont pas capables de s’investir dans un processus de transformation économique conforme aux intérêts de la nation. « La colère dans la société est liée à la nature du développement… Au Foram, nous n’en faisons pas un problème politique mais un problème de choix de modèle économique. Il nous faut rompre avec ce système mortifère. Pour moi, l’issue est le dialogue national qui doit être axé sur la question du modèle économique susceptible de développer notre pays. Cette question doit être inscrite au cœur des débats nationaux », a-t-elle prôné.

Pr Issa N’Diaye, écrivain et ancien ministre de l’éducation nationale, a soutenu qu’il faudrait que la jeunesse africaine arrive à analyser le système global mondial qui appauvri progressivement l’Afrique. Ce système, dit-il, de contrôle économique assaille les pays africains avec son corolaire de sous emplois et de chômages. « Ce système économique mondial fabrique les jeunes en perpétuel chômage chez nous. Ce qui pousse notre jeunesse à aller chercher du travail. Et c’est dans cette quête d’emploi que la jeunesse va essayer de trouver à travers le système de migration une solution. Il y a une sorte d’ingérence et des tas d’obstacles que ce système mondial dresse de plus en plus sur les chemins de migrations », a-t-il dénoncé.

Puis, il a ajouté que la politique migratoire européenne crée des obstacles à la migration africaine. « Actuellement, ce ne sont pas seulement les frontières européennes qui se ferment. Mais, la politique européenne contribue à dresser les pays africains qui sont aux bordures de la mer, donc ouvrir une espèce de camps de concentration sur le chemin des migrants avec son lot de maltraitances. Il faudrait que nous réfléchissions sur ce système afin de trouver des alternatives. La jeunesse doit comprendre que c’est le système mondial érigé en Afrique qui la maintient dans l’impasse », a-t-il déclaré.

Pour Diadié Yacouba Danioko, ancien ambassadeur et ministre de la jeunesse et des sports, le nouveau panafricanisme au quel beaucoup aspire à travers le mouvement fédéraliste panafricain, doit chercher d’abord à questionner ce modèle économique. « Cette unité africaine ne pourra se réaliser que si le système économique qui nous écrase est combattu. Il faut d’abord une prise de conscience, déconstruire des discours misérabilistes qu’on tient à longueur des journées sur l’Afrique, ne pas tomber dans un optimisme béant en disant que tout va bien. Il faut valoriser les ressources humaines et naturelles de l’Afrique », a proposé le conférencier.

Faut-t-il rappeler que la Migrance a été initiée en 2006 par le Forum pour un autre Mali (FORAM). Il est un espace de débats et d’échanges sur la question migratoire pour célébrer la journée internationale du Migrant.

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de