Version imprimable de cet article Version imprimable | |

2ème Conférence de presse du Triumvirat : les avancées du Dialogue Politique inclusif au menu

jeudi 18 juillet 2019

Le mercredi 17 juillet 2019, en vue d’informer l’opinion nationale et internationale sur des avancées réalisées par le Triumvirat, Baba Akhib Haidara, Médiateur de la République et les membres du triumvirat, ont animé la 2ème conférence de presse. C’était dans la salle de conférence du Médiateur de la République.

Après leur installation officielle le 25 juin 2019, les facilitateurs du Dialogue Politique Inclusif (PDI) continuent leur périple en concertant les regroupements politiques, la société civile, les anciens Présidents de la République et les anciens Premiers ministres. Lors de cette rencontre avec les hommes de médias, en quinze jours, les acteurs de la facilitation du DPI ont affirmé avoir commencé à travailler sur les tâches proposées par le Chef de l’Etat Kéita. Parmi lesquelles, certaines seront mises en œuvre immédiatement, d’autres au moment des grandes plénières et le reste sera pour un futur proche. Il s’agira d’assurer l’inclusivité du Dialogue avec toutes les forces vives de la nation et aussi de connaitre leurs attentes.

« C’est une feuille de route qui trace les objectifs du DPI afin de faire l’inventaire des problèmes auxquels notre pays est confronté », a expliqué Ousmane Issoufi Maïga, ancien Premier ministre. Quant à Aminata Dramane Traoré, elle a précisé que ce DPI a été demandé par la quasi-totalité des maliens. Cependant, elle a estimé que sa mise en œuvre demande beaucoup de tacts et de talents pour pouvoir être arbitre. Elle a fait savoir que leur mission consiste à contribuer à l’apaisement du climat social, un long parcours qui aidera à circonscrire les pièges de l’enlisement et de l’irréalisme, aussi pour aboutir à des solutions concrètes pour que le pays sorte du gouffre.

« Nous avons été désignés parmi tant d’autres, pour faciliter ce Dialogue entre maliens pour que le débat soit fructueux, les mouvements et regroupements politiques, la société civile, les autorités religieuses et coutumières, les centrales syndicales et les syndicats autonomes devront s’entendre, s’écouter, s’accepter pour que notre pays puisse trouver des solutions d’ordres divers aux problèmes qu’il traverse », a indiqué l’ancien Premier ministre. Avant de solliciter la contribution de tous pour la bonne tenue du Dialogue Politique Inclusif. Il a aussi indiqué que cette mission consistera à trouver un consensus politique en vue de l’organisation des élections, des résultats attendus pourront être endogènes pour une sortie de crise.

Selon les conférenciers, il s’agira de faire l’inventaire des problèmes auxquels le Mali est confronté avec l’ensemble des acteurs et des propositions de solutions avec un chronogramme et un plan d’actions de mise en œuvre.

Le comité d’organisation, à sa tête l’Ambassadeur Cheick Sidi Diarra, a focalisé son intervention sur la mise en place d’un atelier de validation des TDR. Selon lui, c’est un processus assez complexe et long afin d’examiner l’organisation et d’assurer la préparation matérielle et scientifique du Dialogue politique dont le chapitre de l’Accord Politique de Gouvernance signé le 2 mai 2019, permettra de pacifier le front politique.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.