Version imprimable de cet article Version imprimable | |

2856 TONNES DE RIZ, MAIS REMIS AU MALI PAR LA CEDEAO : Des vivres remboursables, graine par graine

lundi 19 août 2019

Les 2856 tonnes de vivres remis au Mali par la Cédéao sont à rembourser en février 2020, graine par graine.

L’Institution sous-régionale, à partir de sa Réserve régionale de sécurité alimentaire, a remis 2856 tonnes de céréales de produits vivriers dont 202 tonnes de maïs et de 2 654 tonnes de riz blancs. Cependant, il faut noter que cette quantité destinée aux populations en difficultés alimentaires, est remboursable grain pour grain, à partir de février 2020.

La donation a eu lieu le lundi 29 août 2019, à l’Opam par le Commissaire de la Cédéao en charge de l’Agriculture, de l’environnement et des ressources, Sekou Sangaré aux autorités maliennes. C’était en présence du ministre de l’Intégration africaine, Baber Gano, le ministre Commissaire à la sécurité alimentaire, Kassoum Denon et le PDG de l’Opam, Youssouf Maiga.

Les vivres sont toutes stockés dans les entrepôts de l’Opam, à Bamako et à Koutiala. 21 437 tonnes de céréales locales que la Cédéao a achetées auprès des producteurs et mobilisé en un an pour une enveloppe financière de plus de 7 milliards FCFA.

Selon le ministre Baber Gano, la situation sécuritaire globale actuelle du Mali dépend en grande partie de la sécurité alimentaire des populations vulnérables dans certaines zones du centre et du nord où les cultures ont subi les effets néfastes des conflits armés.

Le ministre Commissaire à la Sécurité alimentaire, n’a pas manqué de saluer la Cédéao pour son assistance en faveur des populations vulnérables. Cette assistance s’ajoutera au 16 800 tonnes de céréales à distribuer pour le plan de réponse nationale de cette année.

Selon les estimations relayées par Kassoum Denon, plus de 500 000 personnes seront touchées par les opérations de distribution.

Selon M. Sangaré, les vivres mis à la disposition du gouvernement malien viennent à point nommé. En effet, le centre et le nord du pays à ses dires sont confrontés à une insécurité empêchant les populations à cultiver leurs champs.

La Cedeao, a-t-il souligné, salue cette initiative de constituer des stocks de proximité au niveau des populations et au niveau national, et encourage ses autres Etats membres à développer ce système de réponses efficaces qui garantit l’accès à la nourriture pour chaque citoyen à partir de n’importe quelle partie du territoire national, et en toute période de l’année.

Il a rappelé que les stocks céréaliers de la Cedeao sont constitués de produits vivriers locaux, produits en Afrique de l’Ouest par des producteurs ouest-africains, et achetés auprès de ces derniers, conformément à la volonté des dirigeants de l’espace communautaire de créer la Réserve régionale de sécurité alimentaire.

« Dans le cadre de l’opérationnalisation de cette Réserve régionale et à l’instar de celle qui a eu lieu, en République du Niger, au Burkina, au Ghana, l’intervention au Mali, selon M. Sangaré « constitue une avancée puisque chaque gouvernement bénéficiaire s’est engagé au plus haut niveau, à rembourser grain pour grain, la totalité du stock mis à sa disposition ».

Pour rappel, lors du 53ème sommet de la Cedeao tenu le 31 juillet 2018, à Lomé, au Togo, la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement s’est félicitée des mesures de mobilisation urgentes de la Réserve régionale de sécurité alimentaire, et a appelé les Etats membres bénéficiaires à honorer leur engagement de reconstitution du stock mobilisé.

Créée le 28 février 2013, à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, par les leaders ouest-africains, cette Réserve vise notamment à compléter les efforts des Etats membres pour fournir une assistance alimentaire et nutritionnelle rapide et diversifiée. Elle se propose également d’exprimer la solidarité régionale à l’égard de ces Etats et des populations affectées.

Djibril Diallo
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.