• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Election présidentielle au Mali : l’Appel au calme du Consortium Panafricain des Observateurs Electoraux de la Société Civile Africaine et de la Diaspora en Europe

    « Cette proclamation provisoire qui provient après une centralisation et consolidation des résultats en toute transparence devant les représentants des candidats et aussi en présence d’observateurs nationaux et internationaux, notre Consortium se félicite que

    Présidentielle au Mali/ MIOE-O2A : « le 2ème tour de l’élection présidentielle … a été libre, transparente et équitable »

    « La mission Internationale d’Observation Electorale des ONG et Associations Africaines (MIOE-O2A) considère que le second tour de l’élection présidentielle du 12 août 2018 a été libre, transparente et équitable ». La déclaration a été faite Tetevi Nyatefe Eli,

    Second tour de la présidentielle au Mali : Que dit la Mission d’observation électorale de la société civile africaine ?

    "Nonobstant quelques insuffisances, La mission d’observation électorale de la société civile africaine (LA MOESCA) s’accorde pour affirmer que le deuxième tour de l’élection présidentielle du 12 aout 2018 en République du Mali s’est déroulé dans un climat apaisé,

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    13ème édition de la campagne nationale de la planification familiale : Les jeunes au cœur de l’évènement

    jeudi 24 août 2017 , par Assane Koné

    Sous la présidence de la Première Dame du Mali, Mme Keita Aminata Maiga, la 13ème édition de la campagne nationale de promotion de la planification familiale (PF), se déroulera du 24 août au 23 septembre 2017 sur toute l’étendue du territoire du pays. Cette année la campagne nationale de promotion de la planification familiale mettra l’accent sur la mobilisation des jeunes et des femmes dans les zones à faibles prévalence contraceptive à travers le thème suivant : « une jeunesse responsable et engagée en faveur de la PF au Mali, un moyen pour atteindre le dividende démographique ».

    Les objectifs ultimes de la campagne sont d’accroitre le nombre actuel d’utilisatrice de la PF (en mettant l’accent sur les méthodes contraceptives de longue durée d’action (MLDA) et de contribuer à réduire le taux de mortalité infantile au Mali.

    En prélude au lancement officiel de la 13ème édition de la campagne nationale de la planification familiale prévu du 24 août au 23 septembre 2017 au palais de la culture de Bamako, s’est tenue une conférence de presse, le mercredi 23 août 2017. C’était au ministère de la santé et de l’hygiène publique.

    Cette rencontre d’information avec la presse a été animée par les spécialistes de la question, notamment, Assane Ombotimbé, chef de cabinet par intérim du ministère de la santé et de l’hygiène publique, Dr Boré Saran Diakité, chef de division santé de la reproduction à la direction nationale de la santé (DNS), Mme Yalcouyé Aoua Guindo, Dr Keita Fadima Tall, chef section santé des adolescents et jeunes à la direction nationale de la santé, Mme Keita Oumou Keita, ancienne point vocal national PF. C’était en présence d’autres acteurs concernés.

    « La campagne 2017 est l’occasion de faire un pas vers l’atteinte d’un des objectifs pour le développement durable (ODD) du plan d’action national de la planification familiale (PANPF) et d’assurer la disponibilité des services », a déclaré Assane Ombotimbé, chef de cabinet par intérim du ministère de la santé et de l’hygiène publique.

    M. Ombotimbé a ajouté que la planification familiale est reconnue depuis longtemps en Afrique Subsaharienne étant un moyen essentiel pour maintenir la santé et le bien être des femmes et de leur famille. Selon lui, le rôle important que la planification familiale joue dans la réduction de la mortalité des mères et des enfants de moins d’un an a été largement documenté.

    Dr Boré Saran Diakité a rappelé qu’au Mali, la faible utilisation des services de santé de la reproduction en général et de la planification familiale en particulier, contribue beaucoup aux maladies ou aux décès des femmes pendant et/ou après l’accouchement et des enfants de moins d’un an. Cette situation est, entre autre, la suite logique de certaines pratiques préjudiciables à la santé parmi lesquelles les grossesses non désirées, précoces, rapprochées, tardives, les avortements spontanés et provoqués, la recherche tardive des soins, les difficultés d’accès et l’insuffisance de soins obstétricaux et néonataux adéquats.

    Selon la cinquième enquête démographique et de santé (EDSM V 2012-2013) réalisée au Mali, l’utilisation actuelle des méthodes de contraception moderne est très faible et tourne autour de 9,9%, cela malgré les efforts fournis par le gouvernement et ses partenaires. Par ailleurs, le nombre moyen d’enfants par femme est de 6,1.

    Cette situation est la preuve de l’existence de besoin important non couverts en matière d’offre de services de planification familiale qui est de l’ordre de 26% en dépit de l’existence de la loi 02-044 relative à la santé de la reproduction, promulguée le 24 juin 2002 qui met en avant les droits des couples et des individus en matière de santé de la reproduction.

    « La conséquence directe de cette faible prévalence est l’accroissement rapide de la population du pays (3,6% par an) », a indiqué Mme Boré. Avant d’ajouter que le PF ne concerne pas seulement que les femmes, mais aussi les hommes ou les couples.

    « Le Mali a opté pour l’espacement des naissances et non pour la limitation des naissances, pour une meilleur santé de la femme aussi bien de l’enfant. Un intervalle d’au moins 24 mois est conseillé », a indiqué Mme Boré.

    De son coté Mme Keita Oumou Keita, ancienne point focal national PF, a parlé de la planification familiale traditionnelle et moderne avec leur difficulté. Selon elle, « les méthodes de la planification familiale protègent contre la grossesse et non contre les infections sexuellement transmissible (IST) ». Avant d’expliquer qu’une femme peut être sous la méthode contraceptive et avoir une infection qui est mal traitée ou non traitée et qui peut évoluer vers un problème d’infertilité.

    Par rapport au thème, Dr Keita Fadima Tall, chef section santé des adolescents et jeunes, à la direction nationale de la santé a fait savoir que nous ne pouvons pas parler du dividende démographique sans parler de la jeunesse. Selon elle, nous devons obligatoirement passer par cette jeunesse pour atteindre l’objectif du dividende démographique comme dans les autres pays. « Raison pour laquelle il y a un lien entre la PF et le dividende démographique », a-t-elle indiqué.

    Bintou COULIBALY (stagiaire)

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce