Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Football malien : La reprise du championnat annoncée par le CONOR n’aura pas lieu

mercredi 2 janvier 2019

Décidément, la crise au sommet du football malien risque de tuer à jamais la bonne pratique du sport roi au Mali. A défaut, le Mali est parti pour avoir un football de bas niveau. Comment comprendre que depuis bientôt deux ans, pour des questions d’égos, une catégorie de dirigeants du football malien, au mépris des millions des fans, n’arrivent à s’entendre sur l’équipe qui doit diriger le sport roi. La reprise du championnat annoncée n’aura pas lieu. En tout dans l’état actuel de la situation. Et l’on doit même craindre une nouvelle suspension de notre pays par la FIFA.

Dans une lettre circulaire portant le n°004/2018-2019/FEMAFOOT, à la date du 31 décembre 2018, Mme Daou Fatoumata Guindo, Présidente du CONOR, pour le compte de la FEMAFOOT, a informé les Présidents des ligues régionales de football et du District de Bamako que le démarrage du championnat national saison 2018-2019, est suspendu.

« Le Comité de Normalisation de la Fédération Malienne de Football, vous informe de la suspension du processus de démarrage du Championnat National Ligue 1 Orange Saison 2018-2019, sur instruction du Ministre des Sports », indique Mme Daou Fatoumata Guindo.

Et, comme s’il refusait d’être accusé, le Ministre des Sports, Maïtre Jean Claude Sidibé, n’a pas tardé à réagir. Dans un communiqué de Presse à la date du 2 janvier 2019 et sous la plume de Amadou Diarra Yalcoué, secrétaire général du Ministère des Sports, le ministre a décidé d’informer « l’opinion national qu’il a appris sur les réseaux sociaux la publication d’une liste de clubs retenus pour jouer le championnat national 2018-2019 ».

Mieux, il y a indiqué qu’ « après une rencontre d’échanges avec le Conor le 31 décembre 2018 sur les troubles que pourraient engendrer l’organisation dudit championnat à un moment où la sécurité et la paix sociale sont affectées, le Ministre des Sports a demandé au Conor de sursoir au démarrage du championnat jusqu’à la mise en place du nouveau bureau fédéral ».
Sans exclure les troubles possibles si l’on venait à organiser ce championnat dans l’état actuel de la situation, le communiqué du ministre des sports laisse penser qu’il n’a pas été associé à la décision de redémarrage du championnat. Mais, en réalité loin de craindre ces troubles possibles, l’on pourrait penser que le Ministre n’est pas en accord avec le CONOR sur la manière de résoudre la crise du football malien.

Accepter le démarrage du championnat avec les clubs désignés par le CONOR, serait donné la caution à une démarche qui n’est pas de l’avis de tous les acteurs. Et, même probablement pas de l’avis du Ministre des sports. Donc, en proposant la mise en place du nouveau bureau fédéral, avant de redémarrer le championnat national, le Ministre semble afficher un partie pris et cela, n’est pas sans créer des remous.

Pire, il faut même craindre que la décision du ministre ne soit pas perçue par la FIFA comme une immixtion du Gouvernement dans la gestion du football malien. Et, dans ce cas, cela pourrait exposer notre pays à une nouvelle sanction, synonyme de suspension.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de