Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Vers une plus grande implication des maliennes dans le processus de mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali

vendredi 19 janvier 2018

Le 16 janvier dernier, la MINUSMA a facilité la tenue d’une rencontre entre les femmes leaders du Mali et une délégation du Comité de Suivi de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, issu du processus d’Alger (CSA). La délégation était conduite par son Président, le Haut Représentant de du Président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord, M. Mahamadou Diagouraga. M. Koen Davidse, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies au Mali, ainsi que les représentants de l’Union Européenne, de la CEDEAO et d’autres observateurs étaient également présents.

Cette rencontre a eu lieu en marge de la 23ème session ordinaire du CSA et a vu la participation de représentantes du Réseau Femme Paix et Sécurité de l’Espace CEDEAO, du Cadre de Concertions des Femmes des Partis politiques, de l’Association des Femmes pour les initiatives de Paix, de la Plateforme des Femmes Leaders, de la Coalition des Femmes leaders et de celles des groupements de mouvements signataires de l’Accord (CMA et Plateforme).

Cette réunion a été l’occasion pour ces leaders engagées pour la paix et le développement, d’adresser au Haut Représentant du Président de la République et au Président du CSA, les préoccupations des femmes quant aux lenteurs et difficultés constatées dans la mise en œuvre de l’Accord. Elles ont également souligné le fait que ces lenteurs empêchent les maliennes et les maliens de jouir des dividendes de la paix. Elles ont alerté les décideurs sur l’ampleur de la marginalisation des femmes dans les instances de prise de décisions, les organes et institutions censées sortir le Mali de la crise et le conduire à nouveau sur le chemin de la paix et du développement. Enfin les femmes leaders présentent ont formulé des demandes spécifiques, en vue de permettre de façon effective et urgente une participation et un leadership des femmes dans le processus de consolidation de la paix au Mali. Parmi ces demandes figure la recomposition du CSA et de ses sous-comités. Ceci, pour le rendre conforme aux dispositions de la loi 052/2015 et aux recommandations de la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Autre forte recommandation : la convocation, avant la prochaine réunion du CSA, d’une session de réflexion entre le Comité et les membres des organisations féminines de la société civile, sur les voies et moyens de prendre en compte, de manière effective et transversale, la dimension genre dans tous les travaux et délibérations de l’organe.

Afin d’assurer le suivi de ces recommandations, d’autres rencontres avec les responsables des parties signataires de l’accord, sont prévues pour les semaines à venir.

MUNISMA INFO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques