Version imprimable de cet article Version imprimable | |

VIOLENCES XENOPHOBES EN AFRIQUE DU SUD : L’AME lance un appel à la communauté internationale et à l’Union africaine

lundi 9 septembre 2019

Le dimanche 01 septembre 2019, des violences xénophobes se sont éclatées à Johannesburg, à Pretoria et dans la province du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud provoquant la mort d’au moins sept ressortissants étrangers. En effet, face au chômage qui ne cesse de monter dans le pays, la population civile sud-africaine a eu recours à des violences ciblant des étrangers et leurs biens. C’est ainsi que des boutiques et magasins tenus par des étrangers ont été dévastés et des véhicules poids lourds soupçonnés de leur appartenir incendiés.

Dans le passé, des comportements semblables ont déjà eu lieu dans ce pays. Pour dire qu’en Afrique du Sud, les conduites xénophobes sont monnaie courantes. Pour rappel, en 2015, sept personnes avaient été tuées au cours de pillages visant des commerces tenus par des étrangers à Johannesburg et à Durban. En 2008, des émeutes xénophobes avaient fait 62 morts dans le pays.

Pourtant l’Afrique du Sud est signataire de la Convention des Nations unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale qui vise à combattre la ségrégation raciale, l’apartheid et toute autre forme de discrimination y compris la xénophobie. Elle est aussi membre de l’Union Africaine (UA) dont la création traduit une manifestation de la volonté des Etats africains à aller vers l’intégration des peuples d’Afrique. Il est aujourd’hui inacceptable et inadmissible de voir la manière dont les populations sud-africaines traitent les étrangers qui ne sont en rien responsable de la montée du chômage dans leur pays.

L’Association Malienne des Expulsés (AME), préoccupée du sort des étrangers qui vivent en Afrique du Sud, lance un appel à la Communauté internationale, à l’Union Africaine et aux autorités sud-africaines pour que des mesures soient prises en vue de mettre fin définitivement à cette situation tragique et déshonorante.

L’Association Malienne des Expulsés :

o rappelle les peuples sud-africains des engagements internationaux auxquels l’Afrique du Sud a souscrit ;
o exige aux autorités sud-africaines l’arrestation des auteurs de ce crime et leur tradition devant la justice ;
o invite la Communauté Internationale et l’Union Africaine à faire respecter les conventions et engagements juridiques pris par les Etats en matière de lutte contre la discrimination raciale dans toutes ses formes.

Fait à Bamako, le 06 Septembre 2019

Le Président
Ousmane Diarra

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.