Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Université de vacances 2018 : Walaha suscite des ambitions en exposant des talents

mardi 24 juillet 2018

A la faveur de l’Université de vacances 2018 (Edition spéciale) de Walaha, l’Institut Français du Mali a connu une animation particulière le 13 juillet 2018. Dans le cadre de sa manifestation dénommée « Take power : Espace de coworking éphémère », le Groupe Walah y a organisé un « pitch de projets », un master class en infographie et une séance de Keynote, avec des acteurs comme : Mamou Daffé de la Fondation du Festival sur le Niger, Aboubacar Sangaré dit TOM production, Michel Meyer réalisateur de Clips et de publicités et Mariam Inna kanouté, Directrice de l’Agence Potentiel.

Ils étaient nombreux, les jeunes maliens qui ont répondu à l’invitation du groupe Walaha. Tous étaient venus pour écouter avec beaucoup d’attention, quatre acteurs, pratiquement tous des talents exceptionnels dans leur domaine d’activité.

Pour ce « Keynote » organisé dans le cadre de son Université de vacances 2018, le groupe Walaha avait une proposition alléchante : Mamou Daffé, Président de la Fondation Festival sur le Niger, Aboubacar Sangaré dit TOM Production, Michel Meyer, célèbre réalisateur français de Clips et de publicités et Mariam Inna kanouté, Directrice de l’Agence Potentiel.

Les jeunes qui ont fait le déplacement, ont été suffisamment servir tant les témoignages des trois hommes et de la femme sur leur parcours entrepreneurial, étaient riches d’enseignements et de leçons de nature à susciter des ambitions et des vocations. Et, du coup, l’invitation de Walaha de venir prendre le pouvoir (Take Power) avait tout son sens. Le savoir, la connaissance, n’est-t-il pas le premier pas vers la prise du pouvoir ?

Le premier à s’installer sur l’espace du Keynote de Walaha, a été Mamou Daffé, Président de la Fondation Festival sur le Niger. Il est intervenu sur l’entrepreneuriat culturel. Qui mieux que Mamou Daffé pouvait entretenir les jeunes sur ce thème au regard de son parcours fulgurant, avec ce qu’il est parvenu à réaliser du côté de Ségou, en si peu de temps, dans le domaine de l’industrie culturelle au Mali.

Mamou Daffé est rapidement revenu sur son expérience au niveau région, avec le Festival sur le Niger. Il a ensuite entretenu l’auditoire sur son expérience au niveau national, avec la présidence du réseau Kya, réseau des opérateurs culturels du Mali et son expérience à l’international, avec le réseau Artériel Network, dont il a été le président.

L’invité a comblé l’attente des participants à cette édition spéciale de l’UV sur les bonnes pratiques à adopter pour un entrepreneur et surtout dans le secteur créatif.
Il a levé le voile sur le Fonds africain pour la culture qui est aujourd’hui doté de 200 000 Euro et de la 2ème édition de Ségou Art, qui sera désormais organisé de façon biennale, en alternance avec le Festival sur le Niger.

Ce fut ensuite le tour de Aboubacar Sangaré, PDG de Tom Production, d’entretenir l’auditoire sur sa longue expérience de Production d’émissions pour la télévision. Et, cela n’a pas manqué d’instruire les nombreux jeunes qui avaient fait le déplacement.

Plus connu du côté de la France pour son parcours élogieux, Michel Meyer, Réalisateur Français et formateur principal lors de cette édition spéciale de l’Université de Vacances du Groupe Walaha, est revenu sur son long parcours de réalisateurs de clips et de publicités.

Il a édifié le public, sur sa rencontre avec des artistes comme Salif Keita, Angélique Kidjo et Céline Dion. Il faut dire de ce débat, les jeunes réalisateurs ont beaucoup appris du réalisateur du clip « Nous pas bouger » de Salif keita. A signaler que Michel Meyer a aussi réalisé le clip « Agolo » de Angélique kidjo et le clip « Pour que tu m’aimes encore » de Céline Dion. Il a profité de l’occasion pour édifier son auditoire sur les méandres de la réalisation de films publicitaires pour les marques internationales.

Mais, à mon sens de tous les intervenants, l’intention de Mariam Inna Kanouté, Directrice de l’Agence POTENTIEL, sur le Potentiel entrepreneurial, a été beaucoup apprécié par les jeunes ambitieux. « Pour être un entrepreneur, il faut un certain potentiel », est parmi les vérités que cette dame a tenu à dire aux jeunes. Selon elle, « avoir simplement les moyens matériels d’ouvrir une entreprise ne fait pas de quel qu’un entrepreneur ». Elle a conseillé aux jeunes d’entreprendre dans des domaines qu’ils connaissent, qu’ils aiment et dont ils ont le talent. « C’est cela le schéma rationnel vers la réussite », a-t-elle ajouté.

Profitant de l’espace, Mariam Inna Kanouté, a indiqué que POTENTIEL est une structure de formation et d’accompagnement, spécialisée dans les domaines comme la formation en compétences commerciales, marketing et administrative, croissance professionnelle et personnelle, leadership et management, conduite du Changement, bien-être au travail.

Elle dira que sa structure s’occupe aussi de coaching, notamment le coaching individuel, le coaching de couples, coaching des enfants, coaching de performance, coaching d’équipe et d’objectifs, personal branding, coaching des talents, coaching PNL (Programmation neuro linguistique). Elle a ajouté que POTENTIEL intervient aussi dans le domaine des ressources humaines, en travaillant sur des aspects comme la dynamique de groupe, leTeam building, les retraites stratégiques, l’investigation appréciative et la conduite du changement. Enfin, Mariam Inna Kanouté, dira que sa structure est dans l’audit social et l’audit organisationnel.

« Notre rôle consiste principalement à accompagner les entreprises, les salariés, les entrepreneurs, les nouveaux entrants ou dirigeants confirmés, à développer leurs talents et améliorer leurs performances, afin de les rendre plus efficaces et mieux outillés dans le milieu professionnel », a-t-elle conclu.

Il faut dire qu’auparavant, Fousseyni Diakité a animé un master class de en infographie et arts appliqués à l’audiovisuel. Dans le cadre du « Pitch de projets », ce sont 8 projets qui ont été présentés et 4 vidéos de commande sont sorties d’atelier.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !