Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Théâtre : « Je tuerai le singe », un spectacle où le drame côtoie la comédie

dimanche 18 décembre 2016

Combinaison de plusieurs textes sur la vie d’un enfant soldat, cette pièce de théâtre porte plus les touches personnelles de Amandine Sagnes, comédienne française et de Koami Vignon, comédien et conteur Togolais. Moussa OUEDRAOGO (Burkina-Faso), Jean-Marie TRAORE (Mali), y ont incarné des personnages clefs.

La 13ème édition du festival théâtre des réalités est émaillée de plusieurs activités. Ainsi, la soirée du jeudi 15 décembre 2016 a permis aux nombreux festivaliers de rire ou de larmoyer. Pour cause : La représentation d’un drame ou d’une comédie était à l’honneur.

Ce creuset des acteurs de la culture du Mali et d’Afrique a été l’occasion pour l’association layidou de présenter sa toute dernière création devant un parterre de spectateurs. Cette pièce qui a vu le jour en juin 2016, est intitulée « Je tuerai le singe ». Elle est une adaptation de plusieurs romans. Et a bénéficié de l’apport de Koami Vignon et de Amandine Sagnes qui se sont donnés la main la pour porter cette mise en scène aussi comique que dramatique, mais en plein dans la modernité.

En effet, Koami, Jean-Marie et Moussa, trois jeunes liés par le lien d’amitié partaient participer à un concours de hip-hop. Sur le chemin, la guerre a éclaté et leurs familles ont quitté le village. Du coup, ils se sont trouvés seuls. L’occasion faisant le larron, les pauvres sont tenaillés par la faim et souvent drogués, sont devenus par la suite des machines à tuer.

Cependant, après plusieurs années dans la souffrance, ils ont été envoyés dans un centre de réadaptation de l’Unicef où l’on pourrait s’imaginer qu’ils vont retrouver la paix.

Jean marie Traoré, comédien malien a indiqué que cette mise en scène extériorise la situation macabre qu’ont vécue plusieurs pays : Les jeunes filles sont victimes de viols ou de mariages forcés, les artistes n’ont plu les droits de faire l’art, les footballeurs ne jouent plus, la musique est bannie etc. « Nous avons posé une problématique. Nous avons marqué un questionnement auquel les autorités, les ONG et la société civile doivent chercher de solutions », a-t-il indiqué.

Faut-il le rappeler que les personnages du « Je tuerai le singe » viennent d’une tournée en France où les acteurs ont donné trois spectacles. En termes de perspectives, la pièce sera présentée dans d’autres pays européens.

Moussa Mallé Sissoko, envoyé spécial

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en