Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Syndicat libre du secteur de l’énergie d’EDM-Sa au Mali : Mohamed El Moctar à la tête du nouveau bureau

samedi 10 novembre 2018

Le vendredi 9 novembre 2018 le syndicat libre du secteur de l’énergie au Mali d’EDM-Sa (SYLSEM), a tenu une assemblée générale dans la cour de la direction commerciale et clientèle d’EDM. Cette assemblée a été suivie par la mise en place d’un nouveau bureau composé de 23 membres.

Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour, à savoir : la présentation du nouveau bureau, la problématique de la vie de la société et divers. Cette assemblée fait suite à la levée du préavis de grève déposé au niveau de la direction générale de l’EDM par des membres de l’ancien SYLSEM, mardi 6 novembre 2018.

Le SYLSEM dit avoir appris qu’un préavis de grève a été déposé au niveau de la direction générale de l’EDM par les camarades. A ce sujet : vu que le préavis de grève n’a pas été discuté en réunion du bureau, vu la situation actuelle du pays, vu que le secteur de l’énergie est un secteur très sensible, le nouveau bureau dirigé par Mohamed El Moctar, secrétaire général, a déclaré : « nous signataires de la pétition et membres du bureau national, ne sommes ni de près, ni de loin mêlés à cette décision. Par ailleurs nous nous désolidarisons purement et simplement de ce préavis et renvoyons les intéressés face à leurs responsabilités par rapport aux conséquences d’un tel acte ».

Le secrétaire général en expliquant la situation, dira que suite au dépôt du préavis de grève de 48 heures par seulement quatre responsables du bureau, une décision jugée unilatérale par la majorité des membres du bureau parce que celle-ci n’ayant pas été discutée en réunion du bureau, « nous avons convoqué une réunion extraordinaire au cours de laquelle 17 des membres ont démissionné. Ce qui conformément à nos textes a abouti à la dissolution pure et simple du bureau. Ainsi, une commission a été mise en place pour gérer les affaires du syndicat », a-t-il indiqué.

Notons qu’à travers cette assise, le SYLSEM a jugé nécessaire de mettre les choses à l’endroit caractérisé par le respect des règles démocratiques. Car, l’une des règles d’or au SYLSEM est que toute action syndicale doit être préalablement discutée en réunion du bureau afin de permettre à l’assemblée de ses membres d’avoir une vision globale de l’action en question et d’en tirer toutes les conséquences.

« Sous notre leadership, toutes les décisions seront discutées en réunion du bureau. Notre seul et unique souci demeure l’amélioration des conditions de vie et de travail de nos militants. Au lieu d’utiliser nos précieuses ressources pour le culte de la personnalité d’un responsable encore moins se lancer dans des querelles de personnes inutiles », a-t-il rassuré.

Partant de cela, il dira que, « Nous allons désormais instaurer une culture de vérité comme disait ce penseur africain : ‘’l’homme faible qui préfère l’obscurité’’. Au SYLSEM, nous préférons la vérité qu’à l’obscurité ».

A la fin des travaux le bureau a été mis en place et a été présenté au public et validé par les membres.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques