Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Soirée inaugurale de la 11ème édition des Rencontres de Bamako : Bassékou Kouyaté et Assa kida disent « aw bissimillah » ‘’fototalaw’’

mardi 5 décembre 2017

Dans le cadre de la 11ème édition des Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture et M. Abdelhamid Addou, Président directeur général de Royal Air Maroc, ont organisé une soirée inaugurale pour souhaiter la bienvenue à tous les participants. Cette soirée a été animée par deux artistes maliens : Bassékou Kouyaté et Assa Kida.

La fête fut belle au Musée national du Mali, le Samedi 2 décembre 2017. Il ne pouvait en être autrement. Les jardins du Musée nationale du Mali aménagés pour la circonstance, offraient un cadre festif. Et, surtout que du côté de la programmation, les invités de la 11ème édition des Rencontres de Bamako étaient bien servis. Bassékou Kouyaté et Assa Kida devaient rivaliser d’ardeur pour agrémenter cette soirée qui a tenu toutes ses promesses. Et, ils n’ont pas du tout trahi le talent qu’on leur reconnaissait. Et, mieux, lors de cette soirée, ils ont exposé un pan de la riche culture musicale du Mali.

Pour rester dans le tempo du thème de la 11ème édition des Rencontres de Bamako, l’on peut sans risque de se tromper dire que le groupe de Bassékou Kouyaté et celui de Assa Kida, le temps d’une soirée, ont « contribué par leurs gestes artistiques à façonner les nouveaux imaginaires d’un continent en profonde mutation », comme le disait Marie-Ann Yemsi, Commissaire de la 11ème édition des Rencontres de Bamako, lors de la cérémonie d’ouverture officielle. Mieux, ces deux artistes et notamment Bassékou Kouyaté, par leur géni créateur, ont convaincu plus d’une personne, que le continent propose aujourd’hui « une contribution africaine dans un monde qui impose d’inventer les ressorts du futur », pour citer Marie-Ann Yemsi.

Un orchestre sans instruments modernes et qui produit des sonorités qui invitent le monde entier à partager un humanisme qui vient de la partie africaine, le Mali, est la prouesse réalisée par Bassékou Kouyaté. Et, ce talent a été salué lors de la soirée inaugurale par des artistes, des citoyens du monde. Ça se voyait. Bassékou Kouyaté, accompagné comme d’habitude par son épouse Ami Sacko, a eu de la peine pour descendre de la scène. Emballés par la musique de Bassékou qui puise dans le terroir du royaume bambara de Ségou, nombreux sont les participants à la 11ème édition des Rencontres de Bamako, qui ne se sont pas priés pour rejoindre la piste de danse, qu’ils n’ont plus voulu quitter. C’était un beau spectacle et en même temps un beau message : Malgré nos diversités, nous avons beaucoup de choses en commun, dont la capacité d’apprécier une très belle mélodie et une belle rythmique.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en