Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ségou’Art/Festival sur le Niger 2020 : Une édition spéciale associe l’utile à l’agréable

samedi 8 février 2020

Le jeudi 6 février 2020, la Fondation du Festival sur le Niger a abrité la cérémonie d’ouverture de la 16ème édition de Ségou’Art/Festival sur le Niger. En déplacement hors du pays, Mme Ndiaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture, a été représentée par Mme Nina Walet Intalou, ministre de l’Artisanat et du Tourisme.

En plus du représentant du Gouverneur de la Région de Ségou, du Maire de la Commune urbaine de Ségou, la cérémonie a enregistré la participation du représentant de la Délégation de l’Union européenne au Mali.

« Cette année, en raison du contexte sécuritaire particulier que vit notre pays en ce moment, la Fondation Festival sur le Niger a décidé d’organiser une édition spéciale de Ségou’ Art - Festival sur le Niger dédiée à la réconciliation et à la cohésion sociale autour du thème : « Migrations & Identité(s) », a indiqué Attaher Maïga, Coordinateur la 16ème édition de Ségou’Art/Festival sur le Niger.

Selon lui, l’édition 2020 s’articulera autour des composantes telles que la Caravane Culturelle pour la Paix, la Foire de Ségou, le Salon d’art contemporain, le Colloque de Ségou, les manifestations traditionnelles, le théâtre, le conte et la musique. « Nous innovons cette année avec l’Espace Bi Mali, le Mali contemporain qui est un espace de visibilité et de promotion pour la génération montante des artistes visuels du Mali, dans le cadre du salon d’art contemporain du Mali », a-t-il annoncé. Avant d’ajouter qu’après la génération des artistes de renom comme Abdoulaye Konaté, Amahiguéré Dolo, Cheick Diallo… ces jeunes talents que vous découvrirez apparaissent comme les plus motivés de leurs générations.

« Ségou’ Art – Festival sur le Niger 2020 innove également avec le Baara de la Réconciliation, qui est un espace de valorisation des expressions artistiques et culturelles, avec la communauté des griots de Ségou qui accueille ses frères et sœurs du Mali pour célébrer le vivre ensemble et magnifier le brassage interculturel. Cette activité va se tenir dans le cadre de la Caravane Culturelle pour la Paix », a-t-il déclaré. Avant de préciser qu’ils ont également comme innovation, les Soirées thématiques de Musique : - la Soirée de Diversité entre les communautés et la Soirée de Musiques Urbaines pour la nouvelle génération.

A côté de ces innovations, Attaher Maïga est revenu sur l’organisation de la traditionnelle Foire de Ségou où se côtoient l’imagination et la créativité d’environs 400 artisans et créateurs locaux, nationaux et internationaux en provenance d’une trentaine de pays d’Afrique et d’ailleurs, avec plus de 250.000 visiteurs attendus.

Il a aussi levé le voile sur le Colloque de Ségou qui est un espace international de discussions et d’échanges autour des grands thèmes et enjeux de notre société. Selon lui, pour cette édition, il s’agit de mener des réflexions sur les enjeux et les perspectives de nos identités face au phénomène des migrations.

« Ségou’ Art – Festival sur le Niger 2020 c’est également 6 représentations théâtrales dont une de Pointe Noire au Congo, 3 spectacles de contes, les manifestations traditionnelles (Baara, Course de Pirogues, Kôrèdugaw, Masque Dogon, Marionnettes, le Tindé…) », a-t-il résumé. Avant d’annoncer que l’histoire retiendra aussi que c’est à la faveur de Ségou’ Art – Festival sur le Niger 2020 que ce sont tenus les travaux du lancement du Circuit Ecofest Africa qui regroupes des acteurs de différents pays, pour des festivals verts et durables qui se soucient de la protection de l’environnement.

Pour sa part, Mme Nina Wallet Intalou, ministre de l’artisanat et du tourisme, a indiqué que Ségou’Art/Festival Niger porte haut le flambeau de la culture malienne, en dépit de toutes les vicissitudes que nous avons connues, ces dernières années.

Elle a estimé que les promoteurs de ce festival ont bien compris qu’un festival n’est pas seulement une occasion de faire la fête. « Ce grand rassemblement de personnes, venues d’horizons divers, est une immense opportunité pour se rapprocher, se connaître pour se mieux comprendre, dépasser ses peurs pour s’accepter, échanger pour s’enrichir », a-t-elle déclaré. Après avoir salué le thème de l’édition « Réconciliation et la cohésion sociale », elle a rappelé que notre pays, est riche de sa culture, de son patrimoine culturel légué par une histoire multiséculaire qui a bâti des mécanismes de régulation et de gestion des conflits qui nous avaient longtemps permis de vivre en paix : sinankuya, mamariya, nimogoya,… « Il convient, dès lors, de retrouver nos valeurs sociétales, de recouvrer nos repères pour conforter notre vivre-ensemble, nous réconcilier avec nous-mêmes et faire du Mali un pays où il fait bon vivre », a-t-elle indiqué.

Elle a aussi salué le fait que cette édition offre l’opportunité de réfléchir sur le thème « Migrations et identités ». Selon elle au moment où des barrières, des murs sont dressés partout pour réduire la mobilité transfrontalière, il est utile de s’interroger sur cette question afin de définir des orientations, de déterminer des alternatives plus heureuses pour notre jeunesse en quête d’un ailleurs plus favorable.

A cette cérémonie d’ouverture, les festivaliers et les autorités présentes ont eu un goût de ce qui devait être l’édition 2020 de Ségou’Art/Festival sur le Niger, en termes d’animations musicales.
La rentrée triomphale du Roi de Ségou, la création du Conservatoire Bala Fasséké sur l’immigration, la prestation d’Ayidissa de la Côte d’ Ivoire, la création musicale d’Assa Ba Dramé au Ngoni, Adama Keita à la Kora et de Achref Chargui de la Tunisie à l’Oud, sont autant de prestations qui ont agrémenté cette cérémonie riches en sons et couleurs.

Madame le ministre et sa suite, on ensuite faire le tour des salles d’exposition pour apprécier le talent des artistes plasticiens invités à Ségou’Art/festival sur le Niger 2020.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.