Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Santé/ Télédermatologie : Le bon exemple qui vient du Mali

vendredi 2 juin 2017

L’hôtel Salam de Bamako a servi de cadre le jeudi 1er juin 2017, à la tenue des premières assises Africaines de la Télédermatologie, placées sous la présidence du Pr Samba Ousmane Sow, ministre de la santé et de l’hygiène publique. Ces assises ont été organisées par le Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM), la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie de Bamako et la Fondation Pierre Fabre.

Ces premières assises ont enregistré la présence du ministre de la santé et de l’hygiène publique, Pr Samba Ousmane Sow, du maire de la commune III, Evelyne Decorps, ambassadrice de la France au Mali, Béatrice Garrette, la directrice de la Fondation Pierre Fabre (FPF), Pr Ousmane Faye, chef de service dermatologie de l’Institut Marchoux, Ankoundion Luc Togo, directeur général du CNAM. Elle a réuni les spécialistes de huit pays de la sous-région (Mali, Burkina Faso, Guinée-Conakry, Mauritanie, Sénégal, Togo, Bénin, Cote d’Ivoire).

Pr Ousmane Faye, chef de service dermatologie Institut Marchoux, a souligné que le Mali est pionnier de la télédermatologie. Il dira que la plupart des spécialistes de dermatologie se trouvent dans les capitales régionales, loin des zones où est installé le maximum de patients. Pr Ousmane Faye a fait savoir que cette initiative vise à promouvoir l’accès aux soins dermatologiques spécialisés à tous les maliens par tous les moyens sans se déplacer.

Béatrice Garrette, directrice de la Fondation Pierre Fabre, a expliqué que sa fondation s’est investit dans la dermatologie, plus particulièrement la télédermatologie. Selon elle, cela correspond d’une à sa mission d’améliorer l’accès aux soins et aux médicaments de qualité pour les populations des pays à ressources limitées.

« Nous avons bien compris que la pénurie de dermatologues, les contraintes géographiques et économiques privent d’accès aux soins les populations dont une personne sur 3 souffre de maladie de peau. », a déclaré la directrice de la Fondation Pierre Fabre.

L’initiative correspond aussi selon elle, à l’esprit de cette Fondation tel que voulu par son fondateur Pierre Fabre, d’aller là où les autres ne vont pas et où on peut être efficient.

Aussi, elle dira qu’avec le Pr Faye et l’équipe du CNAM, elles ont trouvé le partenariat exemplaire. D’après elle, une structure de référence, des expertises de haut niveau, une dynamique forte qui dans la durée a montré qu’il est possible de développer des projets soutenables et durables. D’après elle, ce projet dans sa phase pilote, a permis de valider scientifiquement la qualité du Service Médical Rendu et de poser les bases d’une extension à tout le territoire.

« Beaucoup de pilotes restent des pilotes, ll est rare qu’une mise à l’échelle d’un pays soit entreprise si rapidement et si sereinement. C’est pourquoi la Fondation, avec l’approbation de son Conseil d’Administration est fière d’accompagner cette extension aux côtés des autorités maliennes », a-t-elle déclaré.

Elle a expliqué que, ces assises ont pour vocation l’échange, le partage de connaissance pour construire et diffuser des solutions permettant d’améliorer significativement l’accès aux soins des populations inspirantes pour les pays à ressources limitées mais certainement aussi pour les déserts médicaux du nord.

Elle a lancé un appel à Projets de la FPF pour inciter et soutenir d’autres pays du continent africain à s’inspirer du modèle malien et développer des projets innovants pour répondre aux besoins des populations, confrontées aux maladies de peau, d’avoir accès à la prévention, au diagnostic, aux médicaments et aux traitements de qualité.

« Au Mali, plus de 30% de la population serait concernée par des maladies de la peau alors que le pays compte un dermatologue par million d’habitants. Souvent bénignes, ces dermatoses peuvent avoir, sans prise en charge, de lourdes conséquences sur la santé des malades (fièvres invasives, insuffisance rénale, voire décès...) », a déclaré la Directrice de FPF.

Selon la fondation PFF, le bilan des premières initiatives, le CNAM, avec le soutien de cette fondation, a mis en place sous la direction du Pr. Ousmane Faye un programme pilote de télédermatologie, baptisé (TELEDERMALI) dans les régions de Koulikoro, Sikasso et Mopti. Le but était d’améliorer la santé cutanée de ces populations et de mesurer l’efficacité d’un diagnostic à distance, grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cette phase pilote de 18 mois a donné des résultats très encourageants qui dépassent les attentes et font naitre un grand espoir pour l’amélioration de l’accessibilité aux soins dermatologiques.

A L’occasion des Assises de Télédermatologie, la Fondation Pierre Fabre a lancé officiellement un appel à projets pour identifier et soutenir les structures souhaitant mettre en œuvre l’utilisation des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) pour l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge des maladies de peau en Afrique. Plus précisément le projet soumis à la Fondation concernera : La formation des professionnels de santé et des agents de santé, l’éducation et la sensibilisation de la population à des mesures préventives, un soutien à la mise en œuvre de dispositifs permettant un diagnostic rapide et pertinent des maladies de peau pour une prise en charge efficiente de ces pathologies.

D’après cette fondation, cet appel à projets est ouvert principalement aux centres ou services de référence de dermatologie des pays en liaison avec les agents de santé des Centres de santé périphériques, ou tout autre organisation pertinente impliquée dans la thématique retenue, afin de contribuer à l’amélioration du diagnostic précoce, de l’information et de la prise en charge médicale.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en